Afrique : 118 millions de personnes menacées par le réchauffement climatique, selon l’ONU

Publié le 22 octobre 2021
Par Mélanie Appadoo
Temps de lecture : 2 mins
118 millions, c’est le nombre de vies menacées par le réchauffement climatique sur le continent africain. Dans son rapport sur l’état du climat en Afrique, publié le 19 octobre, l’Organisation des Nations Unies tire la sonnette d’alarme. En 2020, l’Afrique a connu d’importants phénomènes météorologiques et climatiques qui devraient s’accentuer davantage si rien n’est fait, alerte l’organisation.

Des phénomènes climatiques et météorologiques qui s’intensifient

Sécheresses, inondations, fonte des glaces, chaleurs extrêmes… le continent africain est fortement impacté par le changement climatique et se réchauffe plus rapidement que la moyenne mondiale. « Au cours de l’année 2020, les indicateurs climatiques en Afrique ont été caractérisés par une augmentation continue des températures, une accélération de l’élévation du niveau de la mer, des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes, tels que les inondations, les glissements de terrain et les sécheresses, et les impacts dévastateurs associés » détaille Petteri Taalas, le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans l’avant-propos du rapport de l'ONU publié le 19 octobre, sur l’état climatique en Afrique.


Le Rwenzori, l’un des rares sommets enneigés d'Afrique, situé entre l’Ouganda et la République démocratique du Congo, en est l’exemple concret. Connue pour ses paysages alpins à couper le souffle et ses glaciers majestueux, la chaîne de montagne d’Afrique centrale est aujourd’hui en danger. Elle recule de plus en plus vite : le champ de glace est passé de 6,5 km² en 1906 à moins d’1 km² un siècle plus tard. En mai 2020, le parc national des monts Rwenzori a été frappé par de fortes inondations qui ont détruit sur leur passage, 25 000 habitations situées au pied du Rwenzori. Au total, 173 000 personnes ont été touchées par ces inondations. 

 

118 millions d’Africains menacés par le réchauffement climatique

Aujourd’hui, 118 millions de personnes en situation d’extrême pauvreté risquent de subir les lourdes conséquences du réchauffement climatique, alerte l’Organisation des Nations Unies dans son rapport. Face à une insécurité alimentaire qui pourrait s’aggraver, une pauvreté extrême qui est amenée à s’accentuer et des déplacements de populations qui devraient se multiplier, l'organisation appelle à agir rapidement.


De nombreuses ONG telles que Action contre la faim agissent sur le terrain pour lutter contre le réchauffement climatique. Au Kenya par exemple, elle intervient dans le village de Cheptuyis, situé dans le comté de West Pokot, qui est durement touché par des épisodes de sécheresse. Elle tente alors de prévenir les pénuries alimentaires en accompagnant les populations locales à cultiver et conserver les légumes grâce à des innovations mises en place.