Pendant le confinement, les particuliers peuvent proposer un toit aux femmes battues

Par l'équipe Oneheart, le 12 novembre 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le bilan réalisé après le confinement sur les victimes collatérales du Covid-19 nous a fait découvrir les chiffres bien tristes des violences conjugales pendant cette période. Enfermées avec leur bourreau, les femmes battues en particulier, ont vécu des situations très difficiles pendant le premier confinement. Ce deuxième, même si plus souple, peut être préoccupant. La plateforme "Un abri qui sauve des vies" a vu le jour récemment pour trouver une solution d’hébergement d’urgence aux victimes de violences intrafamiliales.

 

Un triste bilan post-confinement

Avant même d’évoquer les chiffres des violences conjugales, rappelons qu’en 2019, 149 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Le confinement ayant exacerbé ces violences, ce chiffre risque d’être plus élevé en 2020. 45 000 appels ont été enregistrés entre fin mars et fin avril par le 3919, le numéro d'écoute à destination des femmes victimes de violences. Cela représente trois fois plus d’appels que les mois précédents. Même si des dispositifs d'aide aux victimes existent, la recrudescence des actes violents sur les femmes, liée au confinement, nécessite une vigilance accrue et une assistance plus élargie. Face au cri d’alarme lancé par les associations féministes, de jeunes étudiants ont décidé d’agir. 

 

Trouver un refuge aux victimes de violences conjugales 

L’association "Un abri qui sauve des vies" a vu le jour en plein confinement, en avril 2020, pour venir en aide aux victimes de violences conjugales. L’objectif de Fostine, Paul, Hadrien et Charline, étudiants en Master 2 à l’HEIP (Hautes Etudes Internationales et Politiques) de Paris était de trouver un moyen d’extraire les femmes battues de leur domicile et ainsi de les éloigner du danger familial. L’idée est de solliciter les professionnels ayant un logement vacant et les particuliers pour proposer un hébergement à des personnes en danger. Ils ont donc monté une plateforme en ligne mettant en relation victimes et offrants de logements. Mise en pause avant l’été, les étudiants ont réactivé tous les réseaux pour animer à nouveau leur association en vu de ce deuxième confinement.

 

Aujourd’hui 184 logements sont proposés dans toute la France. Seulement cinq relogements ont été réalisés pour le moment mais la structure se fait connaître petit à petit par les associations d’aides aux victimes de violences conjugales. Le dynamisme des fondateurs face à l’urgence est communicatif, déjà 60 bénévoles ont rejoint l’association et les propositions affluent pour les aider. Ils ont effectivement besoin de soutien pour leurs quatre pôles : l’aide aux victimes par téléphone (la plateforme met aussi à disposition une écoute 24h/24, 7j/7 au 01 60 99 52 36), le pôle de mise en relation avec les propriétaires de logement, le pôle juridique et enfin le servive de gestion de base de données d’hébergements.

L’équipe d’Un abri qui sauve des vies annonce fièrement : « Nous sommes prêts et prêtes à agir, à protéger et secourir les victimes avec le soutien et la solidarité de chacune et chacun ». Aidons-les à se faire connaître!

Une réaction ? Rejoignez la conversation

  • BEST READ 09/12/2020 à 05h24

    Je suis Maimouna Patrick olsen de Kinshasa en République démocratique du Congo, l'une des immigrées qui entrent en Italie par la mer en 2010 mais déménagent plus tard en Allemagne où j'ai commencé à travailler dans un magasin, en 2013 j'ai découvert la famille illuminati , je rejoins la famille illuminati, ils m'ont rendu riche et puissant, que j'ai pu ouvrir mon organisation caritative pour aider les gens dans le pays et j'ai pu aider les pauvres de mon pays et d'autres pays, quand j'ai été enregistré, ils m'ont donné le avantage de bienvenue qui était de 5.000.000,00 euro, et chaque mois je suis payé 300.000,00 euro je vis la meilleure vie que je désire dans la vie j'ai une entreprise différente dans mes pays mais je vis en Allemagne avec ma famille, aujourd'hui je suis heureux pour partager ce témoignage sur Lord Edmundo qui me présente la famille, si vous souhaitez rejoindre la famille illuminati, contactez Lord Edmundo sur le numéro Whatsapp +2348159768201 ou contactez-le par e-mail Worldunitedpowersociety@gmail.com pour obtenir de l'aide et il vous aidera à devenir un braise des illuminati

  • Voir tous les commentaires
Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à reconstruire après la tempête

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close