Elle crée une alternative au cuir et au plastique à partir de champignons

Par l'équipe Oneheart, le 25 mai 2021 (modifié le 26 mai 2021)
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Fortement apprécié en cuisine, que ce soit en salade, ou encore en gratin, le champignon est le seul végétal à fabriquer de la vitamine D essentielle au bon fonctionnement de notre organisme. Mais du haut de sa tige, le champignon cache d’autres vertus et pourrait être une alternative au plastique et au cuir. Il contribuerait également à la dépollution et à la régénération de nos écosystèmes. Fascinée par les fongus et leur faculté à façonner le monde, Mariana Dominguez Peñalva a mis au point un biomatériau à base de champignons. Elle nous raconte la naissance de son entreprise Fungus Sapiens.

 

« La nature nous montre parfois le chemin de manière très humble, il faut juste regarder »

Issue d’une famille d’artistes - une mère musicienne et un père peintre-sculpteur-, Mariana Dominguez Peñalva, se remémore les heures passées dans l’atelier de son père à créer, façonner, inventer, construire des oeuvres d’art à partir de matériaux dénichés dans la nature : des terres de différentes couleurs, du sable, des débris de la mer, des coquillages, des écorces d’arbres... « Je pouvais passer des heures accroupie, à regarder ce qui se passait dans les sols » nous raconte-t-elle. Cet amour pour la nature, le microcosme et les insectes, s’est amplifié au fil des années et ce besoin d’agir à son échelle s’est de plus en plus fait ressentir. Après des études de cinéma, Mariana quitte la ville pour s’installer en campagne. « Il y avait un besoin en moi de faire quelque chose de plus transcendantal, de contribuer à un monde meilleur » confie-t-elle.

Mariana observe, analyse et se questionne. Comment limiter le gaspillage de ressources surexploitées alors même que l’on sait qu’elles sont limitées ? Comment valoriser des ressources déjà existantes ? En se posant toutes ces questions, l’idée d’utiliser la cellulose et la lignine -deux substances naturelles que l’on retrouve par exemple dans le bois, le marc de café ou le papier- pour faire pousser des champignons lui est venue. « La nature nous montre parfois le chemin de manière très humble, il faut juste regarder » affirme-t-elle.

 

Le rôle crucial des champignons dans nos écosystèmes

Mais alors, pourquoi le champignon Mariana ? Comme nous l’explique la jeune entrepreneure, le champignon présente plusieurs qualités prouvées scientifiquement. Outre ses bienfaits alimentaires et médicinaux indéniables (il renforce le système immunitaire, réduit l’anxiété et la dépression…), le champignon peut également dépolluer les sols et s’avère être une alternative prometteuse au plastique et au cuir animal.

En 2017, Mariana crée Fungus Sapiens, une entreprise qui propose d’une part, des champignons comestibles à faire pousser chez soi, et d’autre part, un biomatériau conçu à partir de champignons. C'est précisément à partir de mycélium -la fibre qui permet l’apparition du champignon- que Fungus Sapiens confectionne des emballages compostables ou encore des matières semblables au cuir animal. Ce matériau d'un tout nouveau genre pourrait bien venir révolutionner le secteur industriel et celui de la mode.

 

fungus-sapiensMariana Dominguez Peñalva, la fondatrice de Fungus Sapiens, posant avec des champignons ©Fungus Sapiens


Pour Mariana, le champignon présente de nombreux avantages : « Ça pousse vite, ça nécessite peu d’énergie et peu d’eau et ça pousse dans n’importe quel endroit comme un parking ou un container ».

 

Un procédé long et complexe pour créer une alternative au plastique et au cuir animal

Entourée de ses collaborateurs, amis et proches et conseillée par un comité stratégique d’entrepreneurs expérimentés dans les biotechnologies et les chimies végétales, Mariana s’évertue à développer, dans leur laboratoire situé dans le sud de la France, ce biomatériau à base de champignons. Elle tient cependant à apporter une précision : le biomatériau développé par Fungus Sapiens se veut durable et compostable mais pas biodégradable. « Les produits biodégradables sont souvent en plastique, on nous parle d’un cuir avec 60% de plastique, c’est la même chose qu’un simili-cuir » explique la jeune femme.

 

fungus-sapiensUne veste "effet cuir", fabriquée à partir du biomatériau développé par Fungus Sapiens ©Photo et création de vêtements : Surzhana Radnaeva ; Modèle: Valeria Gelardi ; Photo des textures et conception biomatériaux : Mariana Dominguez Peñalva pour Fungus Sapiens

 

Évidemment, par rapport au plastique qui peut être fabriqué très vite et à moindre coût, le biomatériau développé par Fungus Sapiens requiert quant à lui, plus de temps. En fonction de l’épaisseur du produit choisi, les délais de production peuvent varier entre 4 et 10 jours pour des emballages très fins et aller jusqu'à 30 jours et plus pour un biomatériau en cuir un peu épais. Comme nous l’explique Mariana, la création de ce biomatériau n’est pas de tout repos : il faut être à la fois inventif, méthodique et patient. Aujourd'hui à la recherche d'investisseurs pour développer cette solution d'avenir, la fondatrice de Fungus Sapiens appelle à changer de regard sur les produits alternatifs : « On ne peut pas penser que le champignon sera pareil que le polystyrène. On doit penser que c’est autre chose, non pas identique mais de performances différentes. » conclut-elle.

 

Par Mélanie Appadoo

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close