Écosse : le parlement vote officiellement la gratuité des protections périodiques

Par l'équipe Oneheart, le 26 novembre 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Mardi 24 novembre, l'Écosse est devenu le premier pays au monde à rendre gratuit l'accès aux protections hygiéniques périodiques. Le vote au parlement a recueilli l'unanimité.

Un vote historique

Afin de lutter contre la précarité menstruelle, le parlement écossais a voté, mardi 24 novembre, le texte qui offrira l'accès gratuit aux protections hygiéniques. Une première mondiale et un vote historique dont s'est félicitée la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon sur Twitter : « Fière d'avoir voté pour cette loi révolutionnaire, qui fait de l'Écosse le premier pays au monde à fournir des protections périodiques gratuites à toutes celles qui en ont besoin ».

 

nicola-sturgeon-twitter

 

Au total, ce sont 121 membres du parlement local d'Holyrood qui ont décidé d'approuver le texte qui introduira la loi. La députée travailliste écossaise, Monica Lennon, qui est à l'origine de la proposition de loi, s'est exprimée au parlement devant les députés : « Nous sommes tous d'accord pour dire que personne ne devrait avoir à s'inquiéter de ses prochains tampons ou protections réutilisables. »

Le coût de la mesure est estimé à 9,7 millions de livres par an

Au départ, la proposition avait fait naître quelques craintes au niveau du coût, estimé à 9,7 millions de livres (environ 11 millions d'euros). Mais grâce à une campagne ferme, Monica Lennon a pu recevoir le soutien indéniable de nombreuses associations caritatives et organisations de femmes écossaises. Pour la députée, c'est un véritable "jour de fierté" qui doit alerter le monde entier sur le fait que toutes les femmes ne sont pas égales face à l'accès aux protections hygiéniques.

De son côté, Rose Caldwell, directrice générale de l'antenne britannique de l'organisation caritative Plan International, a expliqué que trois facteurs favorisaient la précarité menstruelle chez les femmes: le "coût des protections hygiéniques", le "manque d'éducation" mais aussi la "stigmatisation et la honte liée aux règles".

Une expérimentation similaire en France 

En France aussi, l'expérimentation de l'accès gratuit aux protections périodiques pour les femmes en situation de précarité, a démarré en début d'année sous l'impulsion de la ministre déléguée en charge de la citoyenneté, Marlène Schiappa. 

Avec l'opération #Hygiènepourtoutes, l'Agence du Don en Nature va distribuer, en Ile-de-France 10 000 kits de produits d'hygiène féminine à des femmes en situation de précarité. En effet, en France, plus d'un million de femmes n'ont pas accès à des produits d'hygiène intime. Avec ce type d'opérations, les associations espèrent sensibiliser et alerter sur la situation dans laquelle de bombreuses femmes se trouvent.

Par Léa Bourgoin

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close