sICvZdqrgyLu t. a rejoint la communauté.

Cette association forme des chiens guides pour personnes en situation de stress post-traumatique

Par l'équipe Oneheart, le 08 décembre 2020 (modifié le 10 décembre 2020)
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Former des chiens pour accompagner les personnes en situation de stress post-traumatique ? C'est l'objectif de l'association La CAPE fondée en juin 2020 à Toulouse. Son fondateur, Benjamin Borg nous en dit plus.

L'association La CAPE née d'un constat 

Après une carrière de militaire et de sapeur pompier, Benjamin Borg, 34 ans, a décidé de se tourner vers un milieu différent en devenant responsable au sein de l'École de Chiens Guides de Toulouse puis d'Angers. C'est suite à un constat qu'il a décidé de créer La CAPE, une association qui forme des chiens d'assistance aux personnes en état de stress post-traumatique. « J'ai lu beaucoup d'articles qui m'ont marqué et qui faisaient état de personnes en situation de stress post-traumatique qui mettaient fin à leurs jours. Ça pouvait être des militaires revenant de missions et des rescapés d'attentats. Même trois ans après les attentats de Nice, près de 200 enfants étaient suivis pour cette pathologie », explique-t-il.

C'est après avoir repris ses études de management et d'administration des entreprises, qu'il décide d'étudier la faisabilité de créer une association comme La CAPE : « On a vu que c’était faisable, qu’il y avait du travail, donc on s’est mobilisé et on a déposé les statuts en juin dernier. Depuis novembre on a décidé de lancer la machine ». Pour aider les prochains bénéficiaires de l'association, Benjamin et son équipe ont pris la décision de former des golden retrievers ainsi que des labradors, deux races de chiens communément utilisées pour devenir guides auprès des personnes déficientes visuelles, malentendantes et des presonnes épileptiques. Pourquoi ? Car ce sont deux types de chiens qui présentent le plus d'aptitudes naturelles. À l'avenir, La CAPE prévoit de former des chiens militaires à la retraite ou encore des chiens issus de refuges. Un projet qui reste complexe car toutes les races de chiens n'ont pas les mêmes capacités, aptitudes et caractères. 

Capture d'écran de la page facebook de La CAPE. Rio, la mascotte de l'association (©LACAPE)

 

Une relation de confiance entre le bénéficiaire et son chien 

Chez La CAPE, la formation du chiot dure un peu plus d'un an et va passer par deux phases primordiales. Dans un premier temps, il est récupéré à deux mois et placé dans une famille d'accueil pendant 12 mois durant lesquels il va être suivi par des éducateurs spécialisés. Ces derniers vont suivre la famille et faire des contrôles réguliers, presque toutes les semaines afin de voir si l'apprentissage du chiot se déroule dans les meilleures conditions. Il va apprendre à être un bon chien de compagnie et ainsi devenir le meilleur ami de l'homme. Il va notamment apprendre à rester seul et à ne pas détruire les meubles mais aussi à ne pas voler de la nourriture, l'objectif étant qu'il ne devienne pas « un handicap supplémentaire lorsqu'il sera remis au futur bénéficiaire », explique Benjamin.

Dans un second temps, après 15 mois de dressage et d'éducation, le chien va entrer dans une phase d'éducation plus poussée, plus spécifique et plus technique comme par exemple, aller chercher des médicaments : « La partie générale c’est la même que pour les chiens guides pour aveugles, pour épileptiques, pour sourds. Mais la deuxième partie de l’éducation est vraiment spécifique aux personnes en situation de stress post-traumatique », précise Benjamin. 

 

Capture d'écran de la page facebook de La CAPE (©LACAPE)

Les bénéficiaires de La CAPE sont selectionnés sur dossier. Un comité de médecins et de psychologues mettent en place "un cursus du bénéfiaire idéal". Ceux qui souhaitent devenir propriétaire de l'un des chiens doivent par la suite fournir des pièces justificatives, présenter leur pathologie avec des comptes rendus de médecine. Des entretiens sont ensuite organisés pour savoir si le chien est préconisé et "pour savoir si le ou la bénéficiaire est apte à recevoir un chien". Si un dossier est selectionné, une phase de test est organisée afin de voir si le chien et son nouveau maître sont compatibles. « J’aimerais déjà en remettre un ou deux à des bénéficiaires en 2021, pour arriver assez vite à un rythme annuel de 18 », dévoile Benjamin. 

D'autres aides canines disponibles pour de nombreux handicaps

En France, près de 2 millions de personnes sont atteintes de troubles de la vision et seulement 1% d'entre elles bénéficient d'un chien. Pour parlier ce manque et aider un maximum de personnes dans le besoin, la Fédération Française des Associations de Chiens guides d'aveugles oeuvre depuis 40 ans pour fournir un chien guide à un maximum de bénéficiaires. En 2016, l'association a franchi la barre des 5 000 chiens remis ! 

D'autres chiens sont capables de détecter les taux de sucres anormaux dans le sang de leur maître diabétique. À l'instar de Medley, le chien d'assistance de Hugo qui est atteint du diabète de type 1, soit le plus sévère. En sentant simplement les odeurs que son maître dégage, Medley, le chien d'assistance, peut détecter des crises et ce, même quand Hugo dort. « Il a été entraîné à frapper relativement fort pour qu'on puisse bien comprendre que je suis en hypoglycémie ou en hyperglycémie », explique Hugo.

Les chiens sont reconnus pour apporter réconfort et apaisement aux humains. Ce n'est pas pour rien qu'ils sont les meilleurs amis de l'Homme ! Avec la volonté de réduire l'anxiété et l'isolement, l’association Coeur d’artichien propose de la médiation animale dans les hôpitaux, les milieux carcéraux, les foyers et ce, depuis 2007. Avec ses deux bergers australiens, Aurélie parcourt les centres carcéraux afin d'offrir une parenthèse, une pause, à celles et ceux qui en ont besoin. Elle démontre ainsi le bien-être que procure la présence d'un animal auprès de soi. 

 

Par Léa Bourgoin

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à protéger les vivants à plumes, à poils ou à écailles

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close