À 18 ans, elle confectionne sa robe de bal de promo à partir de noyaux de mangues

Par l'équipe Oneheart, le 22 avril 2021 (modifié le 11 mai 2021)
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Pour dénoncer le gaspillage alimentaire, Jessica Collins, une jeune australienne de 18 ans, a confectionné sa robe de bal à partir de noyaux de mangues refusées à la vente en supermarché. Nous avons pu nous entretenir avec la jeune femme qui nous a raconté l’histoire de son projet fou. 

 

Les standards des supermarchés, une source infinie de gaspillage alimentaire  

Jessica Collins a grandi dans une exploitation de mangues en Australie. Chaque année, des milliers de kilos de mangues, issues de la ferme de sa famille, sont jetées sous prétexte qu’elles ne correspondent pas aux standards des supermarchés. Un gâchis alimentaire insupportable pour Jessica : « Ces mangues sont de bons produits, elles sont jetées tout simplement parce que leur apparence n’est pas parfaite », s’insurge cette dernière. En effet, taille, poids, apparence, si les standards de l’industrie ne sont pas respectés, les fruits seront considérés comme impropres à la vente en supermarché, et dans la majorité des cas, ils seront jetés. 

 

mangue-jessica-collins

Des mangues cultivées dans la ferme familiale de Jessica Collins © Jessica Collins

Une robe de bal en noyaux de mangues, un moyen de faire passer un message aux consommateurs

En grandissant dans cette ferme et en voyant les déchets de mangues s’accumuler, Jessica Collins a décidé de réagir. Elle a alors décidé de confectionner elle-même sa propre robe de bal, à partir de noyaux de mangues : « Depuis toute petite j’ai toujours voulu faire ma robe de bal, j’ai grandi en portant des robes de fées, alors l’idée m’est venue rapidement », nous raconte Jessica. Au départ, ses proches ne la prennent pas au sérieux, Jessica n’a jusqu’à présent cousu que de petites pièces, et son nouveau projet est ambitieux !

Jessica a donc commencé par récupérer tous les fruits nécessaires à la confection de sa robe. Elle les a épluchés, fait sécher, et les a ensuite coupés en deux, pour ne garder que le noyau. Il lui a ensuite fallu 'utiliser une aiguille épaisse et une machine à coudre pour percer des trous dans les noyaux et les coudre ensemble pour faire le jupon de sa robe.  Finalement grâce à sa détermination, son ingéniosité et une machine à coudre, elle finira par confectionner de A à Z, la robe de ses rêves, à temps pour son bal. La création de sa robe nécessitera près de 1 400 noyaux de mangues et presque 4 mois de travail, mais le résultat en valait la peine. À la vue de sa robe, ses proches ont été émerveillés : « Ils étaient vraiment stupéfaits, la robe était magnifique, surtout à la lumière du soleil », se souvient Jessica. 

 

jessica-collins-robe-mangues

La robe de bal de Jessica Collins, faite à partir de noyaux de mangues © Jessica Collins


Dans le futur Jessica aimerait se faire une mini jupe, et collaborer avec une entreprise qui elle aussi, recycle les noyaux de mangues pour en faire des huiles hydratantes. À travers ses divers projets, Jessica souhaite alerter les consommateurs sur le gaspillage de nourriture dans l’industrie agroalimentaire et les sensibiliser aux critères imposés par les supermarchés : « Sachez que les standards pour les fruits sont très hauts, il existe des fruits parfaitement bons que nous sommes obligés de jeter parce qu’ils ne répondent pas à ces critères, alors que nous pourrions les vendre, même moins chers. Ces fruits gâchés pourraient être mangés et appréciés », conclut Jessica. 

Par Clémence Tingry 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close