“SafeWalk Women Rennes” : ce groupe propose aux femmes de se raccompagner le soir

Par l'équipe Oneheart, le 20 octobre 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Pour rassurer les femmes, Adélaïde Holley, jeune Rennaise de 23 ans, a décidé de créer SafeWalk Women Rennes, un groupe Facebook, afin que les femmes s’organisent entre elles pour se raccompagner lorsqu’il est tard le soir. 

70 demandes d’adhésion par jour

Alors qu’elle recevait de nombreux témoignages de femmes agressées ou harcelées en ville le soir, Adélaïde Holley, jeune auxiliaire de vie de 23 ans, a pris l’initiative de créer un groupe sur Facebook appelé SafeWalk Women Rennes. Composé principalement de femmes, il propose à celles-ci de se mettre en contact afin de se raccompagner entre elles si elles rentrent tard le soir. Le but étant de créer de l’entraide et de la confiance afin que les femmes se sentent en sécurité lorsqu’elles sont sur le chemin du retour.

Le principe est simple : il suffit de se diriger vers les annonces regroupées par secteur géographique ou alors de poster un message directement sur le groupe afin que les autres adhérent.e.s puissent voir la requête. Concernant les détails de l’heure et du lieu, tout se déroule en message privé. 

Des hommes volontaires pour offrir leur aide

Cette initiative solidaire féminine a très vite fait parler d’elle à tel point qu’Adélaïde et six autres bénévoles reçoivent 70 demandes d’adhésion par jour. Si ce groupe est composé en majorité de femmes, certains hommes aussi proposent leur aide : « Ils se portent volontaires pour raccompagner des gens à pied ou en voiture », a expliqué Adélaïde au micro de Ouest-France. Dans un premier temps, les adhérents étaient principalement des étudiants. Désormais ce sont des trentenaires et même des quadragénaires qui proposent leur aide.

Alors que d'autres initiatives comme celles-ci devraient voir le jour dans d'autres villes telles que Rouen ou Caen, Adélaïde Holley souhaite maintenant aller plus loin en créant une association. De plus, elle aimerait contacter la mairie ainsi que le commissariat afin de "trouver ensemble des solutions" contre le harcèlement de rue et les agressions. La mairie de Rennes s'est dite prête à rencontrer les administrateurs du groupe. Heureuse de ce succès et de la vague de solidarité que ce projet a généré, Adélaïde Holley envisage de recruter de nouveaux bénévoles afin de gérer le travail de modération sur le groupe. 

 

Par Léa Bourgoin

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close