Vous avez dit écologie?

Par Evenements COP21, le 15 février 2012

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

«Environnement», «développement durable», «écologie » sont des expressions que nous entendons tous les jours. L’écolo attitude a envahi notre quotidien et notre manière d’agir.

Une nouvelle manière de consommer

Depuis quelques années, notre approche de la consommation a changé. Cela va de notre mode de transport, au tri des déchets en passant par la nourriture.

Au niveau alimentaire, le bio a fait une entrée fracassante dans nos assiettes et les supermarchés. Fruits, légumes, produits laitiers, les Français sont plus en plus nombreux à apprécier et acheter bio. Conclusion ce marché a augmenté de 10% l’année dernière et les ventes atteignent les 4 milliards d’euros.

Notre manière de nous déplacer a, elle aussi, évolué.  Les voitures polluantes laissent de plus en plus la place à des modes de transport plus écolo. Le Vélib est arrivé à Paris en 2007. L’idée était de pouvoir circuler dans Paris à vélo plutôt qu’en voiture. Depuis sa prise de fonction il y a 5 ans, ces vélos en libre service ont remporté un véritable succès. La ville de Paris estime qu’il y a eu 8000 tours du monde parcourus et 44 tonnes de CO2 économisées.  Le principe a tellement plu qu’il s’est étendu dans toute la France.

Depuis décembre dernier, la ville lumière s’est laissée séduire par un nouveau concept: l’autolib. Le principe est le même: des voitures électriques disponibles en libre-service. On compte aujourd’hui 270 stations parisiennes et banlieusardes et 450 véhicules en circulation.

Plus généralement, c’est le covoiturage qui connaît un véritable engouement. Le principe plait autant aux conducteurs qu’aux écolos, c’est bon pour l’environnement et pour le porte-monnaie!

Devant la bonne volonté générale de changer ses habitudes, la Fondation pour la Nature et l’Homme de Nicolas Hulot et la Fondation Accenture ont créé une formation en ligne «la biodiversité au cœur du développement durable». Ce sont 3 modules de 1h30 (s’interroger/comprendre/passer à l’action). Disponible pour tous (particuliers et entreprises), ils apportent à la fois des connaissances sur les besoins de l’homme, les activité humaines et la biodiversité, et apportent des clés pour consommer mieux et écologique.
Tarifs : 9 euros pour le pack particulier, 90 euros pour le pack entreprise, 100 euros pour le pack global.

Le développement durable et les études

Le développement durable et le bio sont les nouveaux secteurs qui emploient. Ces nouveaux débouchés plaisent aux étudiants. Les écoles et les universités proposent désormais des formations spécialisées dans l’environnement comme le master écologie urbaine et développement durable.

Quand le cinéma devient écolo

S’il y a un film engagé écolo qui a marqué nos esprits, c’est bien celui réalisé par David Guggenheim en 2006 avec Al Gore : "Une vérité qui dérange". L’ancien vice-président nous avertit sur le dérèglement du système climatique. Ce film documentaire choc fait parti des longs-métrages qui ont lancé le genre du film engagé écolo. Depuis, on ne compte plus le nombre de longs-métrages qui dénoncent et incitent les spectateurs à se poser des questions sur l’avenir de la planète, le développement durable et la protection de l’environnement.  "Bonobos" d’Alain Tixier (2010), "Water Makes Money" de Leslis Franke, Herdolor Lorenz (2010), "Green" de Patrick Rouxel (2009), "Plastic Planet" de Werner Boote (2008) ou bien encore "Home" de Yann Arthus-Bertrand (2009), font partis des documentaires qui ont entrainé une vraie prise de conscience sur la nécessité de protéger l’environnement.

Images: (c) Drics67 - Flickr / Yannick Ott - Flickr

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Evenements COP21 !

Je découvre toutes
ses actualités

Close