Vague de froid : comment les associations gèrent la situation ?

Par l'équipe Oneheart, le 21 janvier 2013

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

La neige est encore attendue cette semaine dans certains départements – dont l’Ile de France-. Les températures sont négatives ou proches de 0. Bref l’hiver vient d’arriver en cette mi-janvier… Et les premiers à en pâtir, ce ne sont pas ces automobilistes qui glissent sour la chaussée, les utilisateurs des transports en commun ou les voyageurs qui devaient prendre l’avion, non ce sont bel et bien les sans-abris et les familles qui vivent dans la précarité. 

Ca y est, l’hiver est arrivé. La neige recouvre la France. Dans certains départements le plan grand froid niveau 2 a été déclenché. Les premières victimes de ce froid glacial sont les sans-abris. Et première constatation le 115 est saturé, les demandes explosent. En décembre plus de 15 000 personnes ont sollicité le numéro pour un hébergement soit une augmentation de 22% par rapport à 2011. Malheureusement plus d’un appel sur deux est resté sans réponse. En cause : l’insuffisance de moyen face à l’explosion des demandes constatées depuis un an selon la Fédération Nationale des Associations d'Accueil de Réinsertions.

Et pourtant depuis le début de l’hiver l’état à ouvert 19 000 places pour les sans abris. Les associations ont également renforcé leurs capacités d’hébergement. Mais pas assez, selon L’INSEE, en France métropolitaine, dans la deuxième moitié des années 2000, 133 000 personnes sont sans domicile. A cela s’ajoute le fait que ces hébergements ne fonctionnent que la nuit, la journée les sans-abris doivent à nouveau faire face au froid, ou bien tenter de trouver une place dans un centre d’accueil de jour.

Face à ce constat les associations augmentent leur actions et leur présence dans les rues pour rencontrer les sans domicile fixe et leur apporter un peu chaleur. Le Secours Populaire Français a par exemple augmenté le nombre de ses maraudes et lance un appel à la solidarité pour venir en aide aux victimes de la vague de froid. L’association a en effet besoin de dons et de bénévoles pour venir en aide à un plus grand nombre de personnes que cela soit les sans-abris ou les familles confrontées à des problèmes de précarité énergétique.

Voisins solidaires lance ses kits "grand froid". L’association propose ainsi aux voisins de s’organiser pour sortir faire les courses, s’assurer de la prise des repas et de l’hydratation, conduire les plus agés chez le médecin, déblayer les entrées enneigées ou encore apporter les médicaments.

Localement, des associations ont créé des kits de survie pour les sans domicile fixe.  Un Lillois membre de l’association « groupe de secours catastrophe français » a ainsi élaboré un kit de survie : chaufferette, gant de toilette, savon, pansements, couvertures. Une centaine de ces kits ont déjà était distribués à Lille.  A Toulouse, l’association Sakado invite tous les citoyens à composer un sac à dos avec leurs propres dons (produits de premières nécessités, nourritures, vêtements) pour les distribuer aux sans-abris. 220 ont été donnés cet hiver à Toulouse.

Et si le 115 ne répond pas…

Depuis l’année dernières, ceux qui ne peuvent pas joindre le 115, peuvent faire appel au 115 du particulier, un groupe Facebook devenu une association créée par Cédric Lebert, un ancien SDF et Brann du Senon. Son principe est simple : chaque particulier peut aider les SDF en offrant de la nourriture, des couvertures, des vêtements, et même un hébergement pour la nuit.

Crédit photo : © Dierk Schaefer – flickr 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à reconstruire après la tempête

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close