Une caméra cachée dénonce le mariage forcé au Liban

Par Fédération nationale GAMS, le 17 février 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Une caméra cachée, tournée au Liban par l’ONG Kafa, dénonce la sombre réalité des mariages forcés.

Un couple se prend en photo sur le bord de mer. Lui dans son costume, elle dans sa robe blanche. Ils viennent de se marier. Il est heureux d’avoir enfin trouvé l’amour, ses cheveux grisonnent. Elle ne partage pas cette joie. Elle n’a que 12 ans.

Voilà le point de départ de cette caméra cachée, réalisée en plein Beyrouth par Kafa, une ONG pour le droit des femmes et des enfants. Deux acteurs campent le rôle d’un couple fraichement marié. L’objectif de l’organisation ? Interpeler le public sur la réalité du mariage forcé au Liban et dans le monde.

Une vidéo choquante

A la vue de cette séance photo pas comme les autres, les réactions ne se font pas attendre. Une foule de passants prend très vite à partie le marié : « tu ressemble à son grand-père ». Quand ce dernier rétorque qu’il a l’autorisation des parents de la jeune fille, les réponses fusent « ses parents sont des criminels », « elle pourrait être ta fille ». Une joggeuse refuse même de partir et d’abandonner la fillette à son sort : « je l’emmène avec moi, nous allons tous l’emmener avec nous » !

La vidéo connaît un grand succès avec plus de 2 millions de vues, dans un contexte particulier au Liban où cette forme d’union se multiplie. Selon Kafa, l’augmentation récente des mariages forcés correspond à la vague migratoire succédant à la guerre civile syrienne. Pour obtenir des papiers en dehors de la Syrie, de nombreuses petites filles sont mariées de force.

Un fléau mondial

Selon l’ONU, le mariage des mineures concerne 41 000 jeunes filles chaque jour à travers le monde. Si la tendance actuelle se poursuit, plus de 140 millions de fillettes seront mariées d’ici à 2020. En résumé, une jeune fille sur trois sera mariée avant ses 18 ans. « Le mariage des enfants (…) les oblige à quitter l’école, et les expose à des risques accrus de violence, d’abus, de maladies ou de décès », explique l’organisation.

La lutte quotidienne de Plan International

Le mariage forcé prive d’éducation un très grand nombre de jeunes filles. Et c’est par l’éducation que Plan International lutte sur le terrain contre cette pratique d’un autre âge. A travers sa « campagne mondiale pour l’éducation des filles », l’association a pour but de permettre à 4 millions de filles de s’instruire d’ici fin 2016.

Pour atteindre cet objectif, elle mène des actions de sensibilisation du public aux inégalités de droits qui empêchent 62 millions de filles d’accéder à l’enseignement, et des actions de collecte de dons afin de financer des projets sur le terrain dédiés aux filles.

Depuis avril 2014, l’association poursuit un programme de lutte contre le mariage précoce des filles en Chine. Elle mène des actions de sensibilisation auprès des adolescents, principalement des filles et de leurs communautés, pour promouvoir leur droit à l’éducation et les protéger contre le mariage précoce.

Elle crée des clubs d’enfants au sein des écoles afin que les enfants apprennent leurs droits et puissent les revendiquer. Elle délivre également des bourses d’étude aux adolescents, filles et garçons, afin de les inciter à aller à l’école et ainsi à retarder l’âge de leur mariage.

Pour soutenir Plan International et l’éducation des filles, cliquez sur le lien en bas de page.

Une démarche utile

Certaines associations françaises traitent également du sujet. C’est le cas de la Fédération nationale GAMS, engagée dans la lutte contre toutes les formes de violences faites aux femmes et aux filles.

Sa directrice générale, Isabelle Gillette-Faye, juge la démarche très utile. « Le mariage précoce, tout le monde est contre à priori, explique-t-elle. Mais la problématique peut sembler lointaine. Quand on confronte le public à des images bien réelles - cet homme âgé et cette fillette en robe de mariée - il est choqué. Ça pourrait être leur propre fille, nièce ou petite fille. La vidéo place la scène en milieu urbain, ce qui augmente la sensation de proximité ».

Sur le terrain, la Fédération nationale GAMS mène des actions de prévention en milieu scolaire et de formation de professionnels pouvant être confrontés au mariage précoce.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rajeunir le domaine de la lutte

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Fédération nationale GAMS !

Je découvre toutes
ses actualités

Close