Typhon Haiyan : l'apocalypse aux Philippines, les ONG organisent les appels aux dons

Par l'équipe Oneheart, le 11 novembre 2013

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

La tempête la plus violente de l'histoire a ravagé les Philippines. Des vents de plus de 300 km/h ont littéralement emporté des villes entières.

Trois jours après le passage dévastateur du typhon, les rescapés n'ont plus eau, ni nourriture, ni médicaments, et les opérations des sauveteurs sont rendues d'autant plus difficiles que les routes, les aéroports et les ponts ont été détruits par la tempête ou sont recouverts de débris.

Bilan

Les secours peinent encore à rejoindre, les villes et villages du centre des Philippines dévastés et inondés après le passage du supertyphon Haiyan, qui aurait fait plus de 10 000 morts , soit la catastrophe naturelle la plus meurtrière de l'histoire récente du pays.

Des soldats ont été déployés pour prévenir les pillages à Tacloban, ville de 220 000 habitants qui a subi les plus gros dégâts.

Les Nations unies ont prévenu qu'il fallait "s'attendre au pire" pour le bilan final. John Ging, directeur des opérations du bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU, a également précisé que 660 000 personnes avaient dû quitter  leur maison en raison de la tempête.

Le journaliste d'Al-Jazira Wayne Hay a été l'un des premiers à se rendre sur place. Il a raconté que "les gens cherchent inlassablement leurs proches disparus et se mettent en quête de nourriture et d'eau, difficiles à trouver". L'envoyé spécial de France Info rapporte qu'il "n'y a plus de toits, chaque maison un peu volumineuse a implosé de l'intérieur, il n'y a plus un arbre". Celui de la BBC parle"d'un nombre très important de morts un peu partout, beaucoup de destruction".

"Je n'ai jamais rien traqué de tel, a pour sa part raconté James Reynolds, un chasseur de tempêtes qui était sur place au moment de l'arrivée d'Haiyan. C'est absolument hors catégorie à la fois en raison de la puissance de la tempête et de l'étendue de la tragédie humaine."

La ville est livrée aux "pillards de la faim" qui ont dévalisé les magasins d'alimentation et attaqué un convoi de la Croix-Rouge. Des rescapés ont également vu des bandes piller des boutiques d'électroménager. Un journaliste de Reuters a pu recueillir des témoignages d'habitants, dimanche. "Les gens marchent comme des zombies à la recherche de nourriture", explique Jenny Chu, un étudiant en médecine, "c'est comme dans un film".

Comment aider ? 

Pour leur part, les humanitaires espèrent une meilleure coopération que lors du tsunami en 2004. Plusieurs ONG, comme la Croix-Rouge britannique, avaient alors déploré la concurrence entre agences ou ONG, l'acheminement d'équipement ou de denrées inutiles et la difficulté à gérer les dotations financières.

Appels aux dons :

"Dans ce genre de contexte, les personnes handicapées, les personnes âgées et les autres groupes vulnérables sont encore plus fragilisés", souligne Handicap International lançant un appel aux dons, lundi.

La Fondation de France fait aussi appel à la générosité du public et indique dans un communiqué qu'elle débloque une première enveloppe de 200 000 euros "pour venir en aide aux populations sinistrées". Ont également appelé aux dons les organisationsSolidarités internationalActed et Groupe de Secours Catastrophe Français.
Dimanche, d'autres ONG avaient déjà lancé des appels aux dons, comme la Croix-Rouge française ou encore  Médecins du monde.

Les équipes d'Action contre la Faim continuent également à se mobiliser afin d'acheminer l'aide humanitaire d'urgence aux populations touchées. 

Elles continuent de découvrir une situation apocalyptique. Un avion spécial a décollé aujourd'hui de Madrid avec, à son bord, six tonnes de matériel pour le traitement de l'eau, la construction de latrines d'urgence, ainsi que des bâches et des générateurs.

« C'est typiquement une urgence sanitaire, une urgence de santé publique. Il faut apporter le plus vite possible, et le plus massivement, une aide vitale et éviter l'apparition et la propagation de maladies. Il faut produire et délivrer de l'eau potable, distribuer du matériel de survie pour chaque famille, distribuer des vivres d'urgence » rappelle Vincent Taillandier, directeur des opérations d'Action contre la Faim.
En raison de la destruction des infrastructures et de l'isolement naturel des iles de l'archipel, les ONG sont confrontées à un défi logistique qui nécessite dès à présent pragmatismeet capacité d'adaptation, ainsi qu'un travail en étroite collaboration avec les autorités et les structures locales.

21 tonnes de matériel d'urgence en partance pour les Philippines

Station de potabilisation de l'eau, matériel de production et de distribution d'eau potable, kits de latrines, kits de première nécessité pour des familles (ustensiles de cuisine, seaux, savons, couvertures, bâches...) : ce ne sont pas moins de 21 tonnes de matériel d'urgence qui vont être acheminées aux Philippines, moins de 72 heures après le passage du typhon. Un second avion décollera demain mardi 12 novembre,  de Lyon afin d'acheminer sur place une station de traitement de l'eau et 550 kits de survie pour 3 000 personnes ; quatre autres avions devraient décoller d'ici la fin de semaine.L'ensemble de ce matériel vient compléter les stocks de contingence qui étaient pré-positionnés dans le pays.

Malgré la mobilisation importante des donateurs (400 000 euros à l'heure actuelle), ACF renouvelle son appel aux dons car les besoins restentimmenses :
aujourd'hui, ce sont plus de 9 millions de personnes qui ont besoin d'aide, souvent vitale. L'affrètement d'un avion-cargo coûte par exemple, à lui tout seul, plusieurs centaines de milliers d'euros.

Action contre la Faim lance un appel aux dons d'urgence. Vous pouvez envoyer vos dons en cliquant ICI 

Les personnes désirant soutenir les initiatives du Secours populaire français peuvent adresser un don financier en précisant « Urgence Typhon Haiyan » aux comités et fédérations du SPF, dans tous les départements ou :

Secours populaire français
9/11, rue Froissart
BP 3303 - 75123 Paris Cedex

Pour sa part, la Commission européenne a annoncé dimanche débloquer 3 millions d'euros pour aider les Philippines à faire face aux ravages causés par Haiyan. 

Grâce à son équipe locale composée de 600 personnes, Vision du Monde agit depuis 55 ans aux Philippines, et vient en aide chaque année à 102 000 enfants via 48 programmes de parrainage ; Vision du Monde a envoyé par avion 5 400 couvertures et 3 000 bâches pour venir en aide aux plus vulnérables. 
Les besoins les plus urgents concernent l'accès à l'eau et à la nourriture ainsi que la distribution de produits de premières nécessité comme des sacs de couchage, des couvertures ou des moustiquaires. Le formulaire de don dédié aux Philippines se trouve ICI.

Enfin , à Cebu, l'équipe logistique de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s'’emploie à trouver une solution pour acheminer vers Tacloban les 3,5 tonnes de matériel d'’approvisionnement et de traitement de l’eau, des kits de fabrication d’abris et de survie (couvertures, tapis de sol, moustiquaires…) qu’elle s’apprête enfin à recevoir depuis notre stock d’urgence prépositionné à Dubaï. 

Pendant ce temps-là, leur équipe d’urgence s'’emploie à faire un diagnostic précis des besoins. Les premières données récoltées confirment que l’'eau potable est LA priorité absolue. 
 
Accès à l’eau potable & abris pour 12 500 personnes
En coordination avec le gouvernement philippin, les autres acteurs humanitaires et avec l’'appui des communautés locales, nous ciblons les familles les plus fragiles habitant les zones périurbaines et côtières du sud de Tacloban, indique Sandra Lamarque. Nous disposerons dans les deux jours de quoi répondre aux besoins immédiats de 12 500 personnes.’’  

L'aide humanitaire internationale s'organise doucement mais arrive déjà trop tard dans certaines régions. Le bilan humain est extrêmement difficile à établir à cause des coupures d'électricité et le manque de moyens de communication.. Plus d'informations à venir..

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à reconstruire après la tempête

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close