Trente ans de torture sur sa femme. Le procès a commencé aujourd'hui

Par l'équipe Oneheart, le 10 février 2014

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

S’ouvrait ce matin le procès de René Schembri pour plus de trente ans de torture sur sa femme Colette. Ce retraité de 72 ans, ancien enseignant comparait à partir de ce lundi devant la cour d’assises des Bouches-du-Rhône. L’accusé n’aura pas à répondre de la totalité des sévices car certains d’entre eux sont prescrits. La violence a commencé au début de leur vie commune en France et en Afrique dans les années soixante-dix mais son ex-femme Colette n’avait pas osé porter plainte avant 2009. La prescription étant de dix ans, l’accusé sera jugé uniquement pour les actes commis entre 1999 et 2002, date à laquelle Colette s’est enfuit du domicile conjugal.

« Perte de dents, ablation des muscles du bras, cécité de l’œil gauche, mutilation du sexe, atrophie d’une lèvre et déformation nasale » ; pendant plus de trente ans Colette aura vécu dans la peur et l’humiliation. René Schembi encourt quinze ans de de prison.

En France, 2,5 millions de femmes sont concernées par les violences conjugales.
Aujourd’hui, une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint. 
Une femme sur dix est victime de viol ou de tentative de viol.

Beaucoup d’entre elles subissent mais ne parlent pas. Seule une femme battue sur dix dépose aujourd’hui plainte. Certaines ne veulent pas pour protéger leurs enfants, d’autres par peur ou simplement parce qu’elles n’ont pas d'endroit où aller. Bien souvent, les personnes extérieures au couple (amis, famille, collègues) ne voient pas ou font semblant de ne pas voir ce qu’il se cache derrière un « je suis tombée dans l’escalier » « je me suis cogné contre le lavabo ».  
Pourtant ne rien dire peut tuer. 

La Fédération Nationale Solidarité Femmes est un réseau qui regroupe les associations féministes engagées dans la lutte contre toutes les violences faites aux femmes.
Voici un spot choc que la fédération a réalisé pour dénoncer ces violences .

La mobilisation de chacune et chacun est essentielle : victimes ou témoins, appelez le 3919.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close