Sortie ciné du jour : Carol, le dernier film de Todd Haynes

Par Le Refuge, le 13 janvier 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Aujourd’hui sort Carol, un film réalisé par Todd Haynes et adapté du roman de Patricia Highsmith : The Pride of Salt.

New York, 1952. Carol est élégante, sophistiquée, riche et mariée. En cette veille de Noël, elle erre dans un grand magasin à la recherche d’un cadeau pour sa fille. Elle y rencontre une jeune vendeuse, Thérèse, spontanée, charmante, fragile.

Toutes deux sont seules le soir de Noël. Carol propose alors à Thérèse de partir avec elle pour un voyage improvisé au cœur de l’Amérique. Un road trip au cours duquel elles vont tomber follement amoureuses.

Un film bouleversant qui remet en perspective les problèmes d’homophobie touchant notre société.

SOS homophobie recense chaque année le nombre de témoignages d’actes homophobes. Les chiffres de 2015 ne sont pas encore connus mais en 2014 ce n’était pas moins de 2197 actes de ce genre qui étaient enregistrés. Internet est le principal vecteur de l’homophobie en France avec 40% des cas recensés, loin derrière les lieux publics (11%) la famille (10%) ou encore le travail (8%).

On recense également 163 cas d’agressions physiques à caractère homophobe. Même si elles sont souvent commises par des inconnu-e-s, dans des lieux publics (40% des cas), elles peuvent aussi être l’œuvre de personnes de l’entourage: famille (15%), voisinage (15%), milieu scolaire (13%) et travail (4%).

Sur le terrain, l’association Le Refuge est la seule structure en France conventionnée par l’Etat, à proposer un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical et psychologique aux jeunes majeurs de 18 à 25 ans, filles et garçons, victimes d’homophobie.

Ces jeunes ont besoin d’une prise en charge spécifique et d’une écoute rassurante et déculpabilisante, d’autant plus nécessaires qu’ils sont victimes de préjugés et de discriminations au sein même des populations marginalisées et que le personnel des structures d’hébergement traditionnelles n’est souvent pas formé pour cela.

Depuis plusieurs années, les actes homophobes sont en constante augmentation. Les associations comme Le Refuge ont besoin de l’aide de tous pour pouvoir continuer leurs missions. Pour faire un don, cliquez sur le lien en bas de page.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Le Refuge !

Je découvre toutes
ses actualités

Close