Rungis : 25 000 camions pour remplacer le train des primeurs

Par l'équipe Oneheart, le 15 mai 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

La ligne ferroviaire qui relie Perpignan à Rungis est menacée de suppression du fait de la vétusté de ses wagons. Pour les remplacer, près de 25 000 camions pourraient être déployés chaque année sur les routes de France. Une pétition dénonce notamment le désastre écologique d’une telle mesure.

Vieux de quarante ans, ce train représente à lui seul près de 10% du transport de fruits et légumes vers Rungis. Chaque année, la ligne Perpignan/Rungis transporte près de 400 000 tonnes de marchandises. Seul souci, après tant d’années de service, le matériel est devenu vétuste. De plus, le contrat liant la SNCF aux sociétés de transport Roca et Rey arrive à son terme le 30 juin et pourrait ne pas être renouvelé. Ainsi, pas loin d’une centaine de camions seraient nécessaires pour acheminer quotidiennement les primeurs.

« Un non-sens économique et écologique »

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Et la plupart dénonce les conséquences désastreuses sur l’écologie. Près de 25 000 camions seraient sollicités chaque année, « un non-sens économique et écologique » assène Carole Delga, présidente socialiste de la région Occitanie, sur son compte Twitter. L’augmentation du trafic routier et la pollution qui en résulterait représentent « un affront à l’enjeu environnemental » dénonce Michel Leprêtre, président (PCF) du Territoire Grand-Orly Seine Bièvre, cité par Le Parisien. Le patron de la SNCF Guillaume Pepy se dit également « choqué » par la suppression éventuelle de cette ligne et a annoncé que le remplacement des wagons couterait près de 30 millions d’euros.

En réaction, une pétition a été lancée par l’Union locale CGT Perpignan Sud sur le site change.org afin d’obtenir le maintien du train des primeurs. En plus des conséquences écologiques, plus d’une centaine d’emplois sont également menacés. A ce jour, près de 15 000 signatures ont déjà été recueillies sur la plateforme.

 

 

Crédit photo : DR

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à bannir toutes les misères du monde

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close