Pédaler pour aller à l'école, la méthode écolo adoptée par une commune normande

Par l'équipe Oneheart, le 09 janvier 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le transport scolaire est non polluant à Louvriers. Cette commune normande est la première en France à financer des cyclo-bus scolaires, sortes de quadricycles qui permettent aux enfants de rejoindre l'école en pédalant.

Depuis la rentrée de janvier, de drôles d'engins circulent dans les rues de Louvriers, dans l'Eure. Assis sur ces sortes de Rosalies, équipés d’un casque et d’un gilet jaune fluo, les enfants pédalent avec entrain matin et soir.

Louvrier est en fait la première commune française à adopter et financer le S'cool bus. Un mode de transport écolo qui permet à une trentaine d'élèves de primaire d'aller à l'école et d'en revenir en pédalant. Chaque jour, trois cyclo-bus d’une dizaine de places récupèrent les enfants, et les emmènent via trois parcours différents.

D'abord testé à Rouen

Ce cyclo-bus est une idée importée des Pays-Bas par Amory Piquiot, jeune sportif de haut niveau. Avec quelques amis, il a créé l'association S'cool bus en 2014. Ce moyen de transport a d'abord été testé par deux écoles rouennaises pendant deux ans. Mais la ville de Rouen et la métropole n’ont pas souhaité financer le projet. 

Pas découragés, les leaders de l'association sont allés le proposer ailleurs et sont parvenus à séduire la Communauté d’agglomération Seine-Eure (CASE, 37 communes dont Louviers), labellisée "territoire à énergie positive pour la croissance verte" par le ministère de l’Environnement.

L'association creuse son sillon

Un contrat a été signé pour deux ans, à titre expérimental, entre la collectivité et l’association pour un coût de 170 000 euros. Une première en France. Grâce à ce contrat, S'cool bus va pouvoir devenir une entreprise et verser un salaire aux porteurs du projet. 

Et l'aventure a encore de beaux jours devant elle. Selon Vincent Guezou, devenu gérant de S'cool bus, le bus écolo intéresserait désormais les villes de Grenoble et de Lille, ainsi qu’une commune proche de Lyon.

Photo : capture Twitter via S'cool bus

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close