Opération préservation des oiseaux migrateurs

Par l'équipe Oneheart, le 03 octobre 2011

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

En raison de l’hiver précoce et des vagues de froid successives que connaît le pays, les fédérations départementales des chasseurs ont décidé d’épargner certaines espèces d’oiseaux. Fin décembre, la ministre de l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, avait déjà communiqué sur «l’importance de la préservation des oiseaux». Depuis, 41 départements – un chiffre en augmentation – appliquent actuellement des mesures de protection des oiseaux migrateurs, des réductions de prélèvement ou purement et simplement des interdictions de chasse. «Ce n’est pas tant le froid que le gel qui pose problème», explique Pierre de Boisguilbert, de la Fédération nationale des chasseurs. «Un sol gelé empêche les oiseaux de se nourrir et les affaiblit». L’observation quotidienne des bécasses, canards, oies, grives et autres merles permet ainsi de décider ou non d’appliquer ce protocole de préservation nommé «gel prolongé». Une action qui s’accompagne parfois de «nourrissage du petit gibier» par les chasseurs eux-mêmes, pour les aider à passer l’hiver. Les conditions climatiques marquent ainsi un coup d’arrêt à la saison de chasse, dont la fin s’étale «de janvier à février». Pierre de Boisguilbert rappelle en outre que la neige entraîne une interdiction totale de chasse, à l’exception de certaines espèces (renards, ragondins, etc.). Une mesure mise en place «voici bien longtemps pour lutter contre le braconnage, facilité par les traces laissées sur la couche de neige».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close