Montpellier : une entreprise permet à ses employées de prendre un jour de congé menstruel

Par l'équipe Oneheart, le 21 avril 2021
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

D'après les informations du Parisien, l'entreprise montpelliéraine La Collective a autorisé ses salariées souffrant de règles douloureuses, à prendre un jour de congé payé par mois. Depuis le 1er janvier, elles ne sont donc plus obligées de présenter un justificatif médical pour cette journée, totalement prise en charge par la société. 

 

Une décision saluée par les femmes et les hommes de l'entreprise

Fondée en 2016, La Collective est une entreprise française, basée à Montpellier, qui travaille auprès des associations et organise des collectes au profit de celles-ci. Depuis le 1er janvier 2021, elle offre la possibilité à ses 16 employées de prendre un jour de congé payé lorsqu'elles vivent des règles douloureuses, ce qui concerne 89% d'entre elles. Désormais, nul besoin de fournir un justificatif médical puisque cette journée est prise en charge par l'entreprise elle-même.

Interrogé par Le Parisien, Dimitri Lamoureux, cogérant de La Collective, affirme que cette nouvelle est une véritable « avancée sociale qui fait écho aux droits des femmes dans la société ». Ce congé menstruel a été salué et accueilli à la quasi-unanimité au sein de l'entreprise, aussi bien chez les femmes que chez les hommes : « Cette mesure est adaptée à notre activité en extérieur et repose sur la confiance. Je trouve ça normal de prendre en considération la souffrance au travail de chacun, même si ce n'est pas la mienne », a ajouté un autre salarié.  

Des associations dénoncent une sorte de stigmatisation des femmes

Si cette nouvelle a été, dans l'ensemble, bien accueillie, elle a pourtant été critiquée par certaines associations féministes. En cause, une "forme de stigmatisation" de la femme selon Céline Piques, porte-parole d'Osez le féminisme !, une association qui milite notamment pour l’égalité femmes-hommes et le droit des femmes. « Le congé menstruel instaure une forme de stigmatisation, en renvoyant la femme à son corps, avec tous les stéréotypes autour des règles », a déclaré Céline Piques au Parisien. Si en France, ce congé payé est inédit, dans le monde, il a déjà été adopté par un certain nombre de pays. En Asie, elle a été instaurée au Japon depuis 1947, puis en Corée du Sud et en Indonésie en 2001. 

 


Par Léa Bourgoin

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close