Marée noire en Sibérie : 21 000 tonnes d'hydrocarbures déversés dans l'Arctique

Par l'équipe Oneheart, le 05 juin 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le Président russe Vladimir Poutine a déclaré l'état d'urgence mercredi 3 juin, après la fuite de 21 000 tonnes de diesel déversées dans la rivière Ambarnaïa en Arctique. La fuite s’est produite vendredi dernier, lorsqu’un réservoir de carburant d’une centrale thermique située à quelques kilomètres de la ville de Norilsk, s’est affaissé.

 

Un désastre écologique

Selon le journal Kommersant, l'accident de Norilsk "pourrait devenir le plus grand déversement connu de produits pétroliers dans l'Arctique russe". En tout, l’équivalent de 350 wagons-citernes se sont déversés dans la rivière Ambarnaïa, faisant virer le cours d’eau au rouge vif. Pour éviter que la nappe de pétrole n’atteigne le lac Piassino, plusieurs barrages flottants ont été installés. Des équipes ont également été mobilisées sur place pour tenter de nettoyer la nappe de carburant mais la tâche est complexe.

En effet, la zone se situe loin des routes et n’est pas navigable car peu profonde, pourtant les équipes doivent rapidement pomper le carburant avant que celui-ci ne se dissolve dans l’eau. Selon Vasily Yablokov, expert de Greenpeace en Russie, le nettoyage primaire (collecte du carburant à la surface de l'eau et du sol) devrait être possible en deux semaines mais la restauration de la zone contaminée prendrait 10 ans.

 

(©Sentinel-2/ Agence spatiale européenne)


Des réactions trop tardives

Les responsables de la centrale appartenant à NTEK, une filiale de Norilsk Nickel ont tardé à réagir et à prendre des mesures pour limiter la pollution. En effet, selon le ministre russe des situations d’urgence, Evgeni Zinichev, l’usine de Norilsk aurait passé deux jours à essayer de contenir la fuite avant d’alerter son ministère. Les autorités n’auraient été informées de l’accident que deux jours plus tard, alertées par les réseaux sociaux. Le Président russe a alors sermonné le patron de NTEK, Sergueï Lipine: "Pourquoi les agences gouvernementales n’ont-elles appris cela que deux jours après les faits ?" "Allons-nous prendre connaissance des situations d’urgence dans les médias sociaux maintenant ?"

 

Le Comité d'enquête russe a annoncé hier l'ouverture de trois enquêtes criminelles et l'arrestation d'un employé de la centrale thermique. Ce n’est pas la première fois que Norilsk Nickel est à l’origine de marées noires. En 2016, elle avait admis qu’un accident survenu dans l’une de ses usines était responsable de la coloration au rouge d’une rivière voisine.

 

 

Par Chloé Sappia

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close