Les animaux ont désormais leur parti politique

Par l'équipe Oneheart, le 16 novembre 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Depuis lundi, la France compte officiellement un parti politique de plus. Il s'agit du Parti animaliste.

Après l'enchainement des scandales liées à la maltraitance animale, révélées notamment par L214, l'annonce tombe à pic. La France compte un nouveau parti politique depuis lundi : le Parti animaliste qui, comme son nom l'indique, place la condition des bêtes au centre de ses préoccupations. Sept personnes en sont à l'origine : des militants associatifs, politiques et avocats.

La France en retard 

"Il était temps qu’un tel parti soit créé en France", se félicite Marc Giraud, vice-président de l’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), sur le site de 20 minutes. Et pour cause : "La France a dix ans de retard par rapport à d’autres pays", poursuit-il. Exemple aux Pays-Bas : le Parti pour les animaux, créé en 2003, compte plusieurs élus au parlement.

Présent aux élections

Le Parti animaliste sera-t-il dans la course des présidentielles de 2017 ?  Pas directement. Mais "nous allons nous pencher sur la possibilité de soutenir un candidat qui partagerait entièrement notre façon de penser", avancent les fondateurs.

Que trouve-t-on dans le programme ?

Quelques exemples de propositions :

- adosser à la Constitution une charte de la protection animale et abolir la corrida et les combats de coqs

- créer un ministère ou un secrétariat d'Etat à la condition animale 

- renforcer la lutte contre la maltraitance 

- encourager le développement de méthodes d’expérimentation non-animales 

D'autres revendications sont plus originales :

- inciter les municipalités à mettre en place des espaces de vie pour les chats libres

- interdire l’épédonculation des crevettes

- attribuer une personnalité juridique aux grands singes.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à protéger les vivants à plumes, à poils ou à écailles

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close