Le commerce de la fourrure va être interdit en Israël grâce à un décret ministériel

Par l'équipe Oneheart, le 11 juin 2021
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Dans un communiqué publié le 10 juin, le ministère de l'Environnement israélien a dévoilé qu'il interdisait, par un décret ministériel, le commerce de la fourrure dans l’habillement. Cette décision, qui entrera en vigueur dans 6 mois, exclut cependant certaines coutumes religieuses et les besoins de la recherche et de l'enseignement. 

Une décision critiquée par les professionnels français de la fourrure 

C'est une victoire qualifiée d'historique par les associations de défense animale comme PETA. Le 10 juin 2021, Israël est devenu le premier pays à interdire par décret ministériel, la vente et le commerce de fourrure dans le domaine de l'habillement.  Gila Gamliel, ministre de l'Environnement israélien, a justifié cette décision en déclarant que « l’industrie du commerce de la fourrure provoque des souffrances inimaginables aux animaux et ce décret va transformer le marché de la mode israélienne le rendant meilleur sur le plan du respect des normes environnementales ». Cette nouvelle interdiction entrera en vigueur dans 6 mois et exclura cependant, les besoins de la recherche, de l’enseignement et de certaines traditions religieuses juives. 

Si cette nouvelle a été plutôt bien accueillie, elle a aussi attiré son lot de détracteurs. En effet, l'association La Fourrure française a jugé, dans un communiqué, que les accusations concernant la maltraitance animale étaient « totalement infondées ». « Les peaux utilisées dans les maisons françaises du luxe et de la mode travaillant avec notre filière proviennent d’Europe ou d’Amérique du Nord, où sont appliquées des règles strictes en matière de bientraitance animale », a justifié par la suite Pierre-Philippe Frieh, le porte-parole de la Fourrure française. Ce dernier a évoqué une décision prise « dans la précipitation en pleine transition gouvernementale ».

 

Par Léa Bourgoin

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à protéger les vivants à plumes, à poils ou à écailles

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close