Le chewing-gum qui ne vous lâchera pas d'une semelle

Par l'équipe Oneheart, le 12 mars 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Par Sahba, qui éclate une bulle

 

Une jeune designer, Anna Bullus, a décidé de recycler les chewing-gums afin de leur redonner une nouvelle vie en les transformant en des objets utiles. Cette initiative a pour but de nettoyer efficacement nos rues !

 

La germination de l’idée


Selon BBC news, plus de 14 milliards de livres sont dépensées chaque année pour le chewing-gum. Cependant, une grande partie finira collé par terre ou bien sous nos chaussures. Les villes sont donc contraintes de dépenser un budget conséquent afin de nettoyer les rues. Et c’est là qu'est né l'ingénieuse idée d'Anna Bullus qui se demandait si ces objets collants ne pouvaient pas être recyclés et transformés ?

 

Son idée ne s’est pas déclenchée soudainement. C’est le fruit d'années de recherches puisqu’il y a environ 10 ans, elle a commencé un projet d’étude sur les déchets se trouvant aux bords des trottoirs. Elle s’est assise et a commencé à analyser ces objets tous différents les uns des autres. Au fil de son analyse, elle s’est rendue compte que seul le chewing-gum ne pouvait se recycler. Etonnée, elle s’est penchée de plus près à la composition de ces pâtes à mâcher et s’est rendue compte que la base de la gomme était constituée de caoutchouc synthétique, un élément similaire pouvant appartenir à la famille des plastiques. Après avoir étudié le sujet, elle arrive à la conclusion que le chewing-gum est un matériau polyvalent pouvant exister longtemps et sous plusieurs formes différentes.

gumtec

A la collecte de chewing-gums


Pour réaliser son objectif, Anna a créé des poubelles spécifiques d’une couleur rose vive en forme de bulles appelées “Gumdrop” afin d’inciter les consommateurs à jeter leur chewing-gum dans celles-ci. Ces poubelles se sont en quelque sorte “auto-construites” puisqu’elles sont faites à base de chewing-gums recyclés. 

Cette initiative est soutenue par l'Université de Winchester puisqu’elle a été l’une des premières à souhaiter utiliser ces bacs recyclés pour mieux diffuser ce message environnemental. De plus, des centaines de tasses de café fabriquées à partir de chewing-gums recyclés ont été distribuées aux étudiants de première année.

L’Université de Winchester n’a pas été la seule à soutenir l'initiative puisque le Parlement britannique envisagerait même d’imposer des taxes sur les entreprises de chewing-gums si ces dernières ne prennent pas d’initiatives pour lutter efficacement contre les déchets de chewing-gum.

Le projet d’Anna a suscité l’intérêt des universitaires, des parlementaires mais également des entrepreneurs à l’instar de l’entreprise Wrigley, l'un des plus grands fabricants de ce type de produits, qui a investi dans son projet pour l’aider à lutter contre ces déchets qui polluent au quotidien nos rues.

 

Où en sommes-nous en France ?


Quand on mâche du chewing-gum, on ne se rend pas compte que ce produit est fabriqué avec des dérivés du pétrole. Sans oublier que le chewing-gum en lui-même constitue le second déchet le plus produit sur la planète après les mégots. Comme ils ne sont pas biodégradables, ils polluent durablement les cours d’eaux. Heureusement, des initiatives voient le jour en France, 2ème consommateur de chewing-gum juste derrière les Etats-Unis.

Prenons par exemple la belle initiative de trois étudiants toulousains qui inventent de “TriTree", des chewing-gums 100% naturels pour lutter contre ce fléau. Il existe aussi les chewing-gums de la marque ChicZa, biologiques et 100% biodégradables.


→ Anna Bullus a montré la voie au Royaume-Uni. Et si nous aussi, à notre tour, on reprenait cette initiative afin de recycler les chewing-gums et se créer de nouvelles chaussures, de nouvelles tasses ou bien une nouvelle poubelle pour notre cuisine ?

Il ne reste plus que votre participation afin de réaliser vos objets les plus surréalistes en chewing-gum !

En attendant, n'oubliez pas de jeter vos chewing-gums à la poubelle et de privilégier des chewing-gums moins polluants.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à bannir toutes les misères du monde

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close