Laurence Fischer, une Karatéka engagée

Par l'équipe Oneheart, le 06 novembre 2011

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Laurence Fischer est triple championne du monde de karaté.

Après avoir enchainé les titres tout au long de sa carrière, elle a pris sa retraite sportive en 2006. Aujourd’hui, elle consacre une grande partie de son temps à son rôle de marraine au sein de l’association Sport Sans Frontières.

 

Elle n’a ni créé son association ni reçu l’appel d’une fondation lui demandant d’être la marraine. Sa rencontre avec Arnaud Mourot, fondateur de Sport Sans Frontières, (association qui utilise le sport comme outil de construction, de reconstruction et de sociabilité) est beaucoup plus originale.

En 2003, Laurence Fischer est étudiante à l’ESSEC. Dans le cadre de ses études, elle travaille avec la fondation d’entreprise GDF-SUEZ dont un des axes de travail est l’éducation par le sport. Celle-ci soutient entre autres… Sport sans Frontières!

«J’ai rencontré Arnaud Mourot qui est fondateur de Sport Sans Frontière. C’est là qu’il m’a parlé de sa rencontre avec les jeunes femmes Afghanes, qui, à l’époque, pratiquaient mais sans que ça soit autorisé. Il y avait aussi la personnes qui avait ouvert la mission en Afghanistan et qui était lui même professeur de karaté. C’est venu de là » raconte-t-elle.

Cela fait donc 8 ans que l’ancienne karatéka prend son rôle très au sérieux et soutient tout particulièrement la pratique sportive des femmes Afghanes. Elle a d’ailleurs participé à la mission de l’association en Afghanistan et est partie à la rencontre des femmes qui pratiquent cet art martial.

Dans un pays en guerre, c’est notamment grâce au karaté que ces Afghanes arrivent à retrouver le sourire et à s’épanouir.. Pour la triple championne du monde c’était donc un devoir  de s’engager: « si on peut être considéré comme un exemple vis à vis des jeunes, il faut aussi être engagé. On en sort grandi c’est ça qui est important. Y’a un tissu d’associations en France qui est suffisamment fort pour qu’on puisse chacun, selon sa sensibilité, s’engager » dit-elle.

C’est la preuve que le sport peut apporter des moments de bonheur même quand la vie n’est pas facile.


Crédit photo : Alix Caro

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close