La prostitution, la vie d’un millier de Dongbei à Paris

Par l'équipe Oneheart, le 29 mai 2012

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Certaines populations de pays en voie de développement ou en situation instable tentent leur chance ailleurs, et notamment en Europe de l’ouest ou la vie leur semble souvent meilleure. Elles font appel à des passeurs qu’elles payent à prix d’or, -environ 10 000 euros- en espérant pouvoir les rembourser rapidement. Mais la réalité est dramatique. A Paris, dans le quartier de Belleville, on rencontre des chinoises du nord, les Dongbei, qui sont obligées de se prostituer pour rembourser les passeurs qui leur ont fait miroiter une vie de rêve en France. A côté de cela, elles tentent d’échapper à une communauté du sud de la Chine, les Wenzhou qui sont installé dans la capitale depuis plusieurs années et qui les exploitent pour, à peine, 600 euros par mois.

Face à cette situation, des associations se mobilisent pour leur venir en aide. Le Lotus bus, affrété par Médecin du Monde,  fait des maraudes dans Paris (Crimée, Belleville, Strasbourg-Saint-Denis, porte de choisy) pour avertir ces femmes chinoises sur les risques sanitaires et les éclaire de leur droit. D’un autre coté l’association « les amis du bus des femmes » travaille avec les personnes prostituées pour favoriser leur insertion dans la société et agit pour lutter contre la traite des êtres humains. Elle informe également sur le VIH, les hépatites et toutes autres infections sexuellement transmissibles. On recense aussi « le mouvement du nid » qui sensibilise l’opinion publique, accueille, dialogue avec les personnes prostitués. Malgré leurs actions, la situation des Dongbei, sans papier, reste aujourd’hui très précaires, preuve qu’il y a encore du chemin à parcourir pour sortir ces femmes de la rue.

Sources : les inRocks
Images : © cbertel – Flickr

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close