La NASA rend hommage à l'une de ses figures de l'ombre, Katherine Johnson

Par l'équipe Oneheart, le 06 mars 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Surnommée « l’ordinateur humain », Katherine Johnson a vu son nom être attribué à l’un des centres de recherches de la NASA. Une juste récompense pour celle dont les calculs ont pu sauver la mission Apollo 13 en 1969.

« The Katherine Johnson Independent Verification and Validation (IV&V) Facility », c’est le nouveau nom choisi par la NASA pour son centre de recherche. Un bâtiment qui n’a pas été choisi au hasard puisqu’il se charge de la sécurité et plus globalement du bon déroulement des missions de haute importance de la NASA. En effet, lorsque Katherine Johnson travaillait pour l'agence spatiale américaine, son don pour les mathématiques lui permettait de calculer avec une grande précision les trajectoires pour les programmes d’essais de la NASA. Elle a ainsi pu apporter sa contribution à plusieurs grandes missions dont celle qui mena le premier Américain dans l’espace en 1961, puis le premier Américain en orbite autour de la Terre en 1962 ainsi que la mission Apollo 13 en 1969.

Une reconnaissance tardive

Katherine Johnson fait partie de ces nombreuses femmes noires dont le rôle n’a jamais été reconnu pendant la Ségrégation, encore présente durant les années 1960 aux Etats-Unis. Les tensions entre les Noirs et les Blancs ainsi que la place de la femme à l’époque n’ont pas permis à ces travailleuses d'être reconnues à leur juste valeur. Ce n’est qu’avec le livre « Les Figures de l’Ombre » et son adaptation en 2016 qu’un début de reconnaissance s’est amorcé. En 2016, Barack Obama alors Président des Etats-Unis, remet à Katherine Johnson la Médaille de la Liberté, plus haute distinction civile. Après la reconnaissance politique, l’initiative de la NASA rend ainsi un hommage, longuement attendu, aux travaux de celle qui portait le nom d'« ordinateur humain ».

 

Crédit photo : Sean Smith, NASA

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à construire le meilleur des mondes (le vrai)

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close