La culotte menstruelle, une alternative aux serviettes hygiéniques jetables et aux tampons

Par l'équipe Oneheart, le 12 avril 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

En 2017, France 5 dévoilait son documentaire choc « Tampon notre ennemi intime », qui alertait sur la composition des tampons hygiéniques. En effet, des études alarmantes révélaient la présence de chlore ainsi que d’autres substances toxiques dans les tampons, substances également présentes dans les serviettes hygiéniques.


Tampons, serviettes hygiéniques jetables : de quoi sont-ils faits ?


La réponse précise, malheureusement nous ne l’avons pas. Entre dioxines produites à partir de dioxyde de chlore utilisé pour le blanchiment des tampons, ou encore phtalates généralement utilisés en tant que plastifiants et agents fixateurs dans les cosmétiques, il y a de quoi s’inquiéter. N’avez-vous jamais fait attention aux emballages des tampons et serviettes hygiéniques ? Aucun composant n’y est affiché. Et pour cause ! Aucune loi ni réglementation n’oblige les fabricants de ces produits à préciser les composants de ces derniers. Comme le précise le Professeur Bernard Taillez interrogé dans le documentaire « Tampon notre ennemi intime », « S’il n’y a rien d’écrit sur l’emballage, c’est bien qu’il y a une raison et c’est inquiétant ». En effet, face à tous ces perturbateurs endocriniens, les femmes ne sont pas à l’abri de diverses complications, infections, et maladies infectieuses telles que le syndrome du choc toxique (SCT).


Par ailleurs, les 10 000 protections hygiéniques utilisées par une femme au cours de sa vie, s’avèrent être polluantes de par les substances chimiques qu’elles cachent. Non recyclables, elles prennent du temps à se décomposer (jusqu’à 500 ans) et finissent bien souvent dans nos océans, perturbant l’écosystème marin.


Heureusement, il existe des alternatives respectueuses du corps de la femme et de l’environnement.


Mesdames, c’est le moment de tester la culotte menstruelle !


Parmi les meilleures alternatives, il y a bien évidemment la cup menstruelle, faite de silicone hypoallergénique. 25 euros en moyenne et une durée de vie de 5 ans : pratique et économique !


Mais nous avons testé la culotte menstruelle et tenions à partager ce bon plan avec vous. On vous voit venir… « C’est sale », « Et si ça fuit ? », « Et si ça sent ? », « C’est pas sexy », « C’est pas confortable », « Est-ce vraiment écologique ? », « Quelles sont les matières utilisées ? » ... autant de questions que l’on peut se poser au premier abord. Pourtant, détrompez-vous, la culotte menstruelle peut être sexy, confortable et 100% fiable. Nous avons testé la culotte menstruelle de la marque australienne Modibodi. Créée par Kristy Chong, la culotte Modibodi assure une protection maximale contre toutes les fuites.


La culotte Modibodi repose sur une nouvelle technologie appelée « Modifier Technology ». Elle est composée uniquement de matières naturelles : fibres de bambou, microfibres naturelles, laine mérinos issue de l’élevage en Australie et est entièrement biodégradable et réutilisable. Précisément, la culotte est constituée de plusieurs couches absorbantes : la première, anti-bactérienne, retient les odeurs ; la deuxième, constituée de fibres de bambou, retient le liquide ; et la dernière vous protège des fuites. Elle possède également le label OEKO-TEX qui garantit l’absence de produits toxiques.

Si vous hésitez, sachez que contrairement aux idées reçues, la culotte menstruelle peut être sexy et confortable. Avec une épaisseur de 3 millimètres, la culotte s’adapte à toutes les morphologies grâce à des matières respirantes et lissantes, ce qui la rend agréable à porter. Certes, vous sentez une fine couche, mais ça n’est rien par rapport à une serviette hygiénique classique. Si vous avez un flux important, sachez que la culotte peut contenir jusqu’à 20 ml d’écoulement, soit l’équivalent de deux tampons. Par ailleurs, sortez tranquille, la culotte ne relâche aucune mauvaise odeur et pour la laver, il suffit de la rincer à l’eau froide avant de la passer en machine. Niveau prix, les culottes Modibodi sont abordables, il faut compter une quinzaine d’euros en moyenne pour une culotte.

Alors, qu’attendez-vous pour passer à la culotte menstruelle ?

Une réaction ? Rejoignez la conversation

  • Tamany Gamma?m 14/04/2019 à 21h44

    Autant faire comme autrefois ou on faisait des serviettes en tissu, car qui dit que ces fameuses culottes sont indemnes de produits toxiques et 15euros C est quand même très cher !!! Un paquet de serviettes ce que j en ai vu , sans marque 0,7o centimes d euros les 20. Alors va falloir s aligner

  • Voir tous les commentaires
Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close