Journée mondiale de la santé, consacrée aux maladies vectorielles

Par l'équipe Oneheart, le 07 avril 2014

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

A l'occasion de la Journée mondiale de la Santé du 7 avril 2014, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) souhaite sensibiliser le grand public aux maladies à transmission vectorielle. Elles englobent notamment le paludisme, la dengue, la filariose lymphatique, le chikungunya, l’encéphalite japonaise ou encore la fièvre jaune et sont provoquées par des vecteurs (insectes, moustiques, mouches, tiques...). Même si l'on retrouve souvent ces maladies dans les régions tropicales ainsi que dans les endroits où l'accès à l'eau potable et aux systèmes d'assainissement pose problème, elles apparaissent de plus en plus dans des pays où elles étaient jusqu'alors inconnues. La moitié de la population mondiale est concernée et ce chiffre tend à s'accroître à cause de l'augmentation des voyages, du commerce, de l'immigration et du changement climatique. 

Le continent européen n'est pas épargné puisqu'en 2013, 5 000 cas de paludisme ont été importés. La dengue menace également l'Europe.
En 2012, la première flambée épidémique de cette maladie s'est déclarée au Portugal où plus de 2 000 cas ont été signalés. En 2007, l'Italie a dû faire face à 200 cas de chikungunya. 

Chaque année, un million de décès sont imputables aux maladies à transmission vectorielle !

Pourtant, en se protégeant bien, ces pathologies sont évitables :

Au travers de sa nouvelle campagne, l'OMS souhaite inciter les familles et voyageurs à se protéger correctement des vecteurs et des maladies à transmission vectorielle, améliorer la protection des populations et susciter la prise de mesures de la part des autorités sanitaires pour éviter la prolifération de ces pathologies. Pour mettre fin à l'épidémie, des gestes simples suffisent. Aussi, il est nécessaire que tous fassent des efforts...

Par ailleurs, pour lutter contre le fléau du PaludismeNovartis a annoncé aujourd'hui que deux millions de traitements de son antipaludique pédiatrique arrivent en Zambie grâce aux efforts actuels de la société, en collaboration avec la campagne Power of One de Malaria No More. La Zambie est le premier pays à bénéficier de cette campagne parrainée par Novartis. Un million de traitements Coartem® dispersible ont été financés par des dons publics, que Novartis a complétés par un million de traitements supplémentaires. Ces antipaludiques permettront à la Zambie d'endiguer le fléau de cette maladie qui représente jusqu'à 40 % de la mortalité infantile enregistrée dans ce pays

« Bien que les effets du paludisme aient diminué, cette maladie tue encore un enfant d'Afrique à chaque minute qui passe », a déclaré Joseph Jimenez, PDG de Novartis. « Notre engagement envers Power of One reflète les efforts à long terme que mène notre entreprise afin de lutter contre le paludisme. Novartis continue de se consacrer au contrôle et à l'éradication à terme de cette maladie mortelle. »

Power of One est une campagne de collecte de fonds 'on line' qui permet aux citoyens du monde entier de contribuer à faire cesser la mort des enfants atteints de paludisme, une maladie évitable et curable. Cette maladie mortelle a été reconnue par l'Organisation Mondiale de la Santé comme un domaine prioritaire de santé publique.

 

Lancée publiquement en septembre 2013, la campagne Power of One utilise les réseaux sociaux, les technologies mobiles et l'e-commerce afin de permettre au grand public de financer des traitements pour les enfants de Zambie.
Les donateurs peuvent partager des informations sur leurs réseaux sociaux et encourager leurs amis à faire un don.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close