Jérômine vous donne toutes les clés pour un voyage loin du tourisme de masse

Par l'équipe Oneheart, le 18 juin 2013 (modifié le 12 mars 2019)

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Voyageons solidaire !

Solidaire, participatif, équitable, responsable, alternatif, rural … Le choix est large pour s'éloigner du tourisme de masse. Près de chez nous ou autour du globe, l'éventail des voyages offrant une découverte de l'inconnu, riche et constructive s'est développé depuis plusieurs années. Rappelons que la charte du tourisme équitable a été créée en 2001.

A travers les différents reportages que j'ai pu réaliser, j'ai eu la chance de découvrir la force et la richesse du tourisme solidaire.

Grace aux voyages « tourisme et développement solidaires », le village de Koïrézéna au Burkina Fasso a pu prendre conscience de son artisanat ou développer ses points d'eau. Avec les chantiers solidaires internationaux de « Rempart », le château de Calmont d'Ost est restauré par des jeunes venus du monde entier. Via les visites de « Paris par rues méconnues », des jeunes sans qualification, mais issus des quartiers populaires, en binôme avec les structures agréées pour leur l'insertion professionnelles, découvrent l'émergence d'un nouveau métier : accompagnateur-révélateur de quartier. Le réseau de « Servas international » propose aux voyageurs un accueil chez l'habitant, contribuant ainsi à une meilleure connaissance entre les peuples. Par le biais de « accueil paysan », des petits agriculteurs ont pu compléter leurs revenus, et vivre décemment de leur travail.

Toutes ces associations offrent aux touristes l'enrichissement de rencontres insolites, la découverte de culture méconnue, l'apprentissage de la lenteur, ou tout simplement la possibilité de partager le quotidien de leurs hôtes.

Loin des 900 000 touristes de masse qui se sont déplacés en 2010, ces voyageurs en marge des autoroutes touristiques nous montrent que tourisme et responsabilité savent aussi faire bon ménage. Les vacanciers ne sont pas obligés de dépenser 440 litres d'eau par jour lors d'un voyage. La découverte d'une culture indigène peut se faire dans le respect et la protection de celle-ci, les bénéfices générés par le tourisme peuvent aussi revenir aux populations locales, une randonnée ne dégrade pas obligatoirement l'environnement, et l'on peut se loger ailleurs que dans des complexes destructurants. 

Jérômine Derigny
Voyageuse solidaire

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close