Human Right Watch publie les témoignages de 12 militaires et agents des services de sécurité syriens

Par l'équipe Oneheart, le 03 octobre 2011

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Alors que Bashar Al-Assad vient d’ouvrir un sommet de « dialogue national » de deux jours auquel la majorité des opposants politiques syriens ont refusé de participer, au vu des massacres qui sont perpétrés à l’encontre des manifestants pacifiques, que Paris et Washington dénoncent des dégradations faites à leurs ambassades sur place (dues aux manifestations qui ont fait suite à la visite des ambassadeurs français et américains dans la ville de Hama, ville où les insurgés sont majoritaires), l’organisation Human Right Watch enfonce encore un peu plus le couteau dans la plaie.

En effet, l’organisation, qui défend les droits humains, a publié le témoignage, sous couvert d’anonymat, de 12 militaires et agents des services de sécurité syriens qui ont tous déserté et se sont réfugiés en Jordanie, en Turquie ou encore au Liban de peur des représailles. Tous affirment avoir reçu l’ordre de tirer sur les manifestants. « Certains ont refusé, on leur a tiré dessus ». Depuis le début de la contestation, le 15 mars dernier, près de 1 500 personnes auraient trouvé la mort (selon les organisations sur place).

Les témoignages font aussi mention d’arrestations massives et arbitraires. Rien que pour la journée de vendredi 8 juillet, 200 personnes ont été arrêtées. Jusqu’à ce jour, il est difficile de connaître le nombre exact de personnes dans les geôles du gouvernement syrien, mais on reste sans nouvelle de plusieurs milliers de personnes.

Avec l’accusation de Human Right Watch, le gouvernement syrien s’enfonce petit à petit.

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close