Grâce à cette note, les consommateurs pourront mesurer l'impact des produits alimentaires sur l'environnement

Par l'équipe Oneheart, le 13 janvier 2021
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Jeudi 31 décembre 2020, plusieurs acteurs de l'alimentation tels que Yuka, Marmiton ou encore FoodChéri ont annoncé qu'ils allaient utiliser un Eco-score sur leurs plateformes respectives. Imaginé par ECO2 Initiative et Etiquettable, il sera utile aux consommateurs qui souhaiteront connaître l'impact environnemental des produits alimentaires. 

Une analyse scrupuleuse de la provenance des produits alimentaires

Dans la même veine que le nutriscore qui donne la valeur nutritionnelle d'un produit alimentaire, l'Eco-score, permet aux consommateurs de connaître l'impact environnemental de certains produits et aliments.  « C'est une note qui va de A à E et qui peut être apposée sur les produits comme de la sauce tomate mais aussi sur des recettes ou des plats préparés », nous explique Marianne Petit, co-fondatrice de l'Eco-score.

 

Mieux comprendre l'attribution de l'Eco-score (©MariannePetit/Eco-Score)

 

Ce n'est qu'après une étude scrupuleuse de certains critères, que le produit pourra être noté. Dans un premier temps, certaines données issues d'Agribalyse, une base d'informations produites par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) qui permet de connaître "l'impact environnemental des produits agricoles en suivant la méthode de l'analyse du cycle de vie", sont analysées. Dans un second temps, la provenance du produit sera étudiée et permettra d'attribuer un score sur 100, allant de la lettre A à E, la lettre A symbolisant un très faible impact. Ce score sera ensuite traduit en "Eco-score". 

Un Eco-score visible sur près de 240 000 produits et recettes 

En ligne, les produits alimentaires ne sont pas les seuls à être concernés par l'Eco-score. En effet, des plateformes de recettes en ligne comme Marmiton mais aussi des applications telles que Yuka ou encore la plateforme de commandes FoodChéri, peuvent aussi faire apparaître leur Eco-score sur leurs propres produits. 
Grâce à l'application Open Food Facts, qui permet également de faire des choix plus informés concernant nos produits préférés, il est possible de scanner certains produits alimentaires et de connaître leur impact sur l'environnement. Ainsi, sur la bouteille d'eau de la marque Cristalline qui possède déjà un nutriscore "A", on peut apercevoir l'Eco-score, lui aussi possédant une note positive et "verte". Depuis sa création, l'Eco-score apparaît désormais sur plus de 240 000 produits. 

 

Favoriser une consommation locale des aliments et des produits (©MariannePetit/Eco-Score)

 

Inviter les consommateurs à agir de manière plus responsable

Cette note, comme le rappelle Marianne Petit et Shafik Asal, les deux créateurs de l'Eco-score, peut être accessible aux grandes distributions telles que Carrefour ou encore Auchan : « Ils peuvent très bien décider d'apposer l'Eco-score sur leurs produits pour informer les consommateurs. L'Eco-score est une méthodologie ouverte et accessible en open data par tout un chacun, en respectant évidemment les conditions d'utilisations », précise Marianne Petit.

En créant l'Eco-score, ils espèrent ainsi faire bouger les lignes et inviter les consommateurs à repenser leurs modes de consommation en privilégiant par exemple l'approvisionnement local. Les deux créateurs souhaitent également que l'Eco-score soit disponible et rendu obligatoire par le gouvernement sur tous les produits, recettes ou commandes alimentaires. « Le but de tout ça, c'est de privilégier les aliments qui sont bons pour l'environnement et peut-être avec moins de protéines animales, favoriser les aliments locaux, de saison, peu emballés ou alors avec des emballages recyclables, produits dans des conditions écologiques », ajoute Shafik Asal, l'un des fondateurs de l'Eco-score.

 

 

Par Léa Bourgoin

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à mettre du beurre bio dans les épinards

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close