Gaspillage : les invendus non alimentaires interdits d’ici 2023

Par l'équipe Oneheart, le 05 juin 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Considéré comme « une première mondiale » par le Premier ministre Edouard Philippe, le nouveau dispositif d’interdiction des invendus non alimentaires figurera bien dans le projet de loi pour une économie circulaire présenté en juillet.

Chaque année c’est plus de 650 millions d’euros de produits neufs et non périssables qui sont jetés ou détruits. « Un gaspillage scandaleux » qui fait l’objet d’une future interdiction d’ici 2 à 4 ans selon Edouard Philippe. Reste à savoir quelles seront les sanctions prévues pour ceux qui ne joueront pas le jeu. 

Donner ces invendus aux associations

Vêtements, produits d'hygiène ou de beauté, équipements électroménagers ou électroniques…dès la fin de l’année 2021 pour certaines filières et en 2023 pour les autres, les enseignes devront donner ces produits à des associations ou les faire recycler pour réutiliser les matières. C'est ce que fait l'Agence du Don en Nature depuis dix ans déjà. Cette association joue le rôle d'intermédiaire entre les entreprises qui veulent donner leurs invendus et les associations qui les donnent aux plus démunis. Avec près de 130 entreprises partenaires, elle espère en avoir 500 d'ici 2023. 

Cette décision s’accompagne de plusieurs autres mesures dont un indice de réparabilité des produits, la mise en place de nouvelles filières de responsabilité élargie des producteurs (jouets, articles de sport, bricolage et jardin, cigarettes...) ou encore la conception facilitée de systèmes de consigne. Un texte important qui, espère le Premier ministre, sera bien reçu par les entreprises. « Notre idée, ce n'est pas de contraindre ou d'imposer, mais d'accompagner les entreprises (...) faire en sorte que nous passions à une étape nouvelle de notre économie. »

 

 

 

Crédit photo :  Maxppp

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à bannir toutes les misères du monde

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close