Europe Ecologie-Les Verts: pour une agriculture souveraine et durable dans la Corne de l'Afrique

Par l'équipe Oneheart, le 03 octobre 2011

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Laurence Vichnievsky, porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts, publie une tribune dans Le Monde du Vendredi 12 août.

"Si les guerres enrichissent les marchands d'armes, la sécheresse mettrait-elle l'eau à la bouche à l'agro-industrie ?"

La porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts nous rappelle que les "phénomènes de famine proviennent de divers facteurs combinés". Si des facteurs naturels comme la sécheresse, les catastrophes naturelles et les maladies provoquent des famines, ce sont les facteurs humains qui en démultiplient les effets.


En premier lieu, les guerres, la corruption des gouvernements et l'instabilité sociale. Mais selon Laurence Vichnievsky, les "moyens de production insuffisants" et la "spéculation sur les marchés de denrées alimentaires" sont autant de facteurs aggravants. La porte-parole des écologistes européens estime que l'agro-industrie qui prône l'usage des OGM et les cultures intensives est directement en cause dans la crise alimentaire qui touche la Corne de l'Afrique.

Le coupable désigné, c'est le maïs, qui a remplacé les cultures traditionnelles de cette région pour être produit intensément. Or, le maïs est un immense consommateur d'eau... Peut-être pas si malin d'en intensifier la production dans les régions où la sécheresse est endémique! Avec la sécheresse actuelle, de nombreux paysans africains redécouvrent les cultures traditionnelles comme le manioc et le sorgho, peu gourmands en eau et résistants à la sécheresse.

Avec Olivier de Schutter, rapporteur de l'ONU à la sécurité alimentaire, Laurence Vichnievsky estime que c'est l'agro-écologie, et non l'agro-industrie, qui permet le plus sûrement de résoudre le problème, non seulement dans les pays d'Afrique mais aussi à l'échelle du monde.


"Et agro-écologie, ça veut dire des espèces locales, des plantations de bois et des cultures dérobées combinées, l'association de productions végétales et d'élevage, l'appel au savoir-faire paysan et local. Mais cela suppose évidemment accompagnement sur la durée (...), et surtout formation et stabilité sociale pour des projets collectifs, au lieu de céder des millions d'hectares aux pays plus riches, en chassant les paysans locaux, afin de produire des agro-carburants et autres cultures industrielles",
écrit Laurence Vichnievsky qui estime que l'agro-écologie doit devenir "une vraie priorité de développement à long terme, et pas seulement en cas d'urgence", mais bien sur la base d'investissements structurels engagés sur la durée.


Source : Le Monde du Vendredi 12 août.

 

 

 

 

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close