En Inde, les dauphins sont des personnes au regard de la loi !

Par l'équipe Oneheart, le 09 août 2013

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le saviez-vous ?                                                           
Les Dauphins ont des noms pour s’appeler entre eux ! Grâce au fait qu’ils aient une façon unique de siffler pour se faire reconnaître par leurs proches et pour répondre à leurs congénères. (GoodPlanet Info)

Le dauphin a été décrété « personne non-humaine » par le ministère de l’environnement et des forêts Indien.

Une appellation équivalent à l’interdiction totale pour toute personne, organisation, agence gouvernementale, entreprise privée ou publique de créer un delphinarium impliqué dans l’importation et la capture de dauphins à des fins commerciales ou récréatives, privées ou publiques.

Une première mondiale et un pas de géant pour la défense des droits de ces mammifères, qui sont connus des scientifiques pour leurs capacités intellectuelles hors normes, supérieures que celles du reste règne animal, hormis l’homme, selon le gouvernement indien.

Il y a énormément d’argent en jeu dans l’industrie des spectacles de dauphins en captivité. Et la plaque tournante de ce commerce international de dauphins vivants est Taiji.

Taiji, une petite ville de la rive orientale de la préfecture de Wakayama au Japon. Au premier abord, on se croirait dans une région amoureuse des cétacés, mais en réalité, ses belles côtes sont tâchées par le sang de milliers de dauphins. On y pratique la chasse au rabattage, une technique développée à la fin des années 1970, par laquelle les chasseurs tuent les cétacés avant de les vendre pour la consommation humaine.

Un massacre pour les magnifiques créatures que sont les dauphins mais aussi un danger pour l’homme, du fait du haut niveau de mercure dans leur chair.                                                                                                                    

Selon l’association Sea Shepherd, il y a un lien direct entre donner de l’argent pour assister à un spectacle de dauphins ou nager avec des dauphins dans un centre n’importe où dans le monde, et découper la chair d’un dauphin à Taiji : Pour financer ses tueries, le syndicat des pêcheurs de Taiji tire de l’argent de son commerce de dauphins vivants. C’est donc l’industrie des spectacles des dauphins qui fait perdurer l’effroyable chasse.

En Inde, il ne sera plus possible de participer à ce massacre. Espérons que son exemple soit une ouverture pour une prise de conscience mondiale.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à protéger les vivants à plumes, à poils ou à écailles

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close