Elle invente une belle alternative aux perruques pour les femmes atteintes du cancer

Par l'équipe Oneheart, le 22 novembre 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Julie Meunier veut aider les femmes atteintes du cancer à garder leur féminité. Pour cela, elle a créé des franges adaptées aux crânes nus, associées à de jolis nouages. Breveté et intitulé Les Franjynes, le projet pourra aboutir grâce à une campagne de financement participatif lancée sur Ulule.

Quand la jeune femme s’adresse à vous, sa voix est enjouée, ses phrases ponctuées de rires francs. Julie Meunier est pétillante. Elle même se décrit comme "hyperactive". Et ce n’est pas la maladie qui l’a arrêtée.

Rester belle pour mieux combattre la maladie

En 2015, le couperet tombe. Agée de 27 ans, elle apprend qu’elle a un cancer du sein. Elle doit subir 24 chimiothérapies, deux opérations et 40 séances de radiothérapie pour le combattre. En plus d’être lourd, le traitement lui fait perdre ses cheveux. Pas question d’abandonner sa féminité pour autant. Condition sine qua non pour "garder le moral" et donc être plus forte pour se battre. 

Elle essaye les perruques mais n’apprécie pas. Pas assez naturel. "J’avais l’impression d’avoir un bonnet sur la tête", raconte la jeune femme, qui rapporte aussi son expérience sur son blog beauté et lifestyle, Feminity and Jy.  Elle s’amuse alors à nouer des turbans sur sa tête, sous lesquels elle accroche une frange. Un véritable changement. Dans le regard des autres d'abord : "Dans la rue, les gens se retournaient parce que j’étais stylée. Plus parce que j’avais une tête de malade." Pour son bien-être aussi : elle peut enfin retrouver la sensation du coiffage. 

Une frange qui s'attache sur un crâne nu

Au final, ces turbans franges ont participé à sa guérison. Et si ça pouvait servir à d’autres ? En rémission depuis août 2016, Julie décide de partager sa trouvaille. En plus d'animer des ateliers de nouage, elle a créé "une frange qui peut s’attacher sur un crâne nu, mais aussi sur les petits cheveux lors de la repousse". Une invention brevetée et baptisée Les Franjynes, parce que "la frange est toujours accompagnée d’un beau turban, ils sont frangins !".

Pour pouvoir fabriquer et commercialiser ses créations, elle a lancé une campagne de financement participatif sur Ulule. Un vrai succès : déjà 24 500 € collectés pour un objectif de 22 000 €. Mais Julie a encore besoin de vous. Si elle atteint 31 000 €, elle pourra réaliser des vidéos tutos nouages. Et au-delà, "je pourrai développer plus rapidement les Franjynettes", la gamme enfant des Franjynes. Plus que 11 jours pour participer !

Envie de soutenir le projet de Julie ? Cliquez sur le lien ci-dessous.

Crédit photo : Ilan DEHE

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close