Echec et Mat ? C'est aujourd'hui la journée du Refus de l'échec scolaire.

Par l'équipe Oneheart, le 25 septembre 2013

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Chaque année, 150 000 élèves quittent le système scolaire sans diplôme, soit près d'un jeune sur 5 . 

Pour la 6 ème année consécutiven cette journée du refus de l'échec scolaire est portée par un vaste réseau d'organisation, l'Association de la Fondation Etudiante pour la Ville   ( AFEV) , en partenariat avec Trajectoires-Reflex et une trentaine d'organisations

Construite autour du Baromètre annuel du « rapport à l’école des enfants des quartiers populaires » réalisé par le cabinet Trajectoires-Reflex, cette journée permet de rapporter la parole et le ressenti des premiers concernés : les enfants et jeunes en fragilité dans leur parcours éducatif.

Pour l’édition 2013, sera abordé la question des lycées professionnels sous le parrainage d’Aziz Jellab, sociologue, spécialiste du Lycée Professionnel et Inspecteur général de l’Éducation Nationale.

Plusieurs points seront évoqués :

- Le paradoxe des lycées professionnels qui, envisagés comme une voie de relégation, concentrent aujourd’hui les difficultés exfiltrées des filières généralistes alors qu’ils constitueraient un puissant levier en termes de réduction des taux de sortie sans diplôme et de hausse du niveau moyen des qualifications.
- La question de la réussite et de la revalorisation des filières professionnelles constitue un enjeu éducatif et social, mais aussi un élément clé du modèle économique français.

Loin des clichés souvent répandus sur le lycée professionnel, la majorité des élèves qui y suivent leur formation ne le considèrent pas comme une voie de garage : 
C'est la première surprise de l'étude menée par l'Afev à l'occasion de la Journée 2013 du refus de l'échec scolaire(1) : l'image du lycée professionnel forcément vécu par les élèves comme une voie de relégation est bien écornée. Ainsi, près des deux tiers des jeunes interrogés ont le sentiment d’avoir choisi leur orientation après la classe de troisième. Et leur perception du lycée professionnel est plutôt très positive : plus de la moitié d’entre eux jugent que le lycée pro est "mieux que le lycée général". Quant à comparer au collège, 83% d’entre eux lui préfèrent le lycée professionnel.

Venant conforter cet enthousiasme, cette étude montre que le vécu des élèves au lycée pro est bien différent de leur expérience passée en collège. Peu d’entre d’eux (5,5%) ont ainsi le sentiment que ce qu’ils apprennent au lycée professionnel est inutile. À l’inverse,71,5% estiment qu’ils apprennent un métier. Affichant une perception plutôt positive des enseignants, ils mettent en avant leurintérêt pour les matières technologiques et professionnelles et, plus généralement, pour l’apprentissage d’un métier. Ils trouvent aussi un intérêt aux stages tout en soulignant (pour 41% d’entre eux) leurs difficultés à les décrocher.

Reste une nuance de taille : "Les jeunes qui n’ont pas le sentiment d’avoir choisi leur orientation, constate l’étude, aiment moins aller au lycée, ont un peu plus de regrets pour le collège et auraient davantage préféré aller en lycée général que les autres. Ils ont moins souvent le sentiment que les professeurs s’intéressent à eux".

Rassurés dans leurs cursus, les lycéens interrogés semblent aussi l’être sur leur avenir professionnel : 87% d’entre eux pensent qu’ils obtiendront le diplôme qu’ils préparent. Un diplôme qui, pour 82% des lycéens sondés, a de la valeur ! Par ailleurs, plus des trois quarts d’entre eux savent quel métier ils veulent exercer plus tard et près des deux tiers envisagent une poursuite d’études au-delà du bac.

En conclusion, cette enquête identifie deux catégories de jeunes lycéens : les uns, "très majoritaires", se saisissent du lycée professionnel comme "une nouvelle chance de faire ses preuves", "d’apprendre un métier" et de "s’armer pour s’insérer". Les autres, "très minoritaires", c'est-à-dire entre 10 et 15 %, sont "dans une logique de rupture avec l’enseignement professionnel". Ils sont là d’autant plus concernés qu’ils n’ont pas choisi leur filière en fin de collège.

(1) Enquête réalisée par Trajectoire Groupe Reflex d'avril à juin 2013 auprès de 1.042 lycéens de l'enseignement professionnel accompagnés par l'AFEV.

Toutes les informations pour participer à cette journée sur http://www.refusechecscolaire.org

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close