Des milliers de baisers sur Instagram pour soutenir les homosexuels tchétchènes

Par l'équipe Oneheart, le 15 mai 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Des internautes du monde entier se mobilisent pour protester contre les persécutions dont est victime la communauté LGBTQ de Tchétchénie.

Dans une enquête parue le 1er avril, le journal russe d’opposition Novaïa Gazeta révélait l’existence d’une vaste répression contre les homosexuels, enlevés, détenus et torturés par des officiels en Tchétchénie, république conservatrice du Caucase russe. Plus d'une centaine de personnes seraient détenues et trois seraient décédées. 

Trois jours plus tard, Human Rights Watch, l'ONG qui défend les droits de l'homme, affirmait que "les informations publiées par le journal concordaient avec les rapports que Human Rights Watch a récemment reçus de nombreuses sources, y compris de personnes sur le terrain"

En guise de réponse, le porte-parole du président tchétchène Ramzan Kadyrov a qualifié ces informations de "mensonge absolu et désinformation" auprès de l’agence de presse Interfax, proche du pouvoir. Plus cynique, selon le gouvernement, cette série d’arrestations n’est pas possible car l’homosexualité n’existe pas en Tchétchénie. Quant au Kremlin, il estime qu'il n'y a pas de raison de douter de la parole du gouvernement tchétchène, comme le rapporte The Independent .

Plus de 5.000 photos de baisers

Depuis ces révélations terrifiantes, la communauté internationale se mobilise. Tandis que les rassemblements se multiplient, que Human Rights Watch incite les pays européens à aider les personnes menacées en leur accordant le statut de réfugié, lassociation brésilienne SsexBbox abréviation de "Sexuality Outside The Box", a lancé une campagne virtuelle le 29 avril. Son idée ? Créer le plus grand baiser numérique du monde pour rompre "la réduction au silence de la population LGBTQIA en Russie", explique le site britannique PinkNews  .

Dans une vidéo publiée sur Instagram, l'organisation propose de publier sur le réseau social des photos de couples s'embrassant avec le hashtag #Kiss4LGBTQrights - "s'embrasser pour les droits des LGBTQ" - ou encore #LoveisLove. Sans oublier de se localiser au Kremlin, "lieu où les manifestants se font arrêter et jeter en prison". A ce jour, plus de 5.000 couples de toutes orientations sexuelles ont  joué le jeu. 

"Montrons au monde que la haine ne connaît pas de frontière, et l'amour encore moins", écrit SsexBbox sur Instagram.

Photo : capture Instagram

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à bannir toutes les misères du monde

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close