Catherine Cerisey: la vie après le cancer du sein

Par l'équipe Oneheart, le 04 février 2013

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Un visage fin, des cheveux blonds, une coupe mi-longue avec une frange, un petit sourire, qui aurait pu deviner que Catherine Cerisey a eu un cancer du sein il y a 12 ans ? Qui aurait pu deviner qu’elle s’est battue, de toutes ces forces, de tout son cœur, pour traverser cette période difficile? Personne.

Et pourtant cela a bien été le cas. Aujourd’hui, en rémission totale, elle a lancé son blog en 2009, « après mon cancer du sein », parce qu’elle souhaite désormais informer et soutenir ces femmes touchées par la maladie. « Il y a 12 ans j’ai contracté un cancer du sein. J’ai eu une mastectomie, on m’a enlevé le sein. Ensuite j’ai eu 12 chimiothérapies, puis j’ai demandé à refaire la reconstruction parce qu’à l’époque, pour moi, c’était important. Quelques mois après la reconstruction, j’ai rechuté, d’une métastase ganglionnaire sous le bras. Je suis repartie pour un cycle de chimiothérapie, de radiothérapie et d’hormonothérapie.».

C’est comme ça que Catherine Cerisey résume 3 ans de sa vie. 3 ans de doute, de peur, à se demander si elle allait pouvoir survivre à la maladie. En 2000, quand elle tombe malade, elle cherche des informations sur internet, des paroles réconfortantes de personnes touchées, quels sont les « dommages collatéraux » comme elle le dit. Mais elle ne trouve presque rien. On n’en parle pas encore énormément. Les médecins ne lui disent pas grand chose non plus : « ils sont là pour vous guérir avant toute chose. Eux, ce qui est les intéresse c’est de vous donner le bon médicament pour que le cancer ne récidive pas » déclare-t-elle. Les chamboulements dans la vie de famille et professionnelle, ça, ils ne savent pas.

Au lieu d’être rassurée, c’est donc un sentiment de solitude qui l’envahit. Alors en 2009 une fois en rémission - ne lui parlait pas de guérison- un grand nombre de séances de chimiothérapie et radiothérapie plus tard, elle crée ce qu’elle aurait aimé voir sur internet au moment de sa maladie : un blog. « Je donnerai deux choses : d’une part de l’information, pas anxiogène et vérifiée, des informations qui me viennent de professionnels. Ensuite il y a ma vie de tous les jours, si je passe un contrôle, je vais parler de la peur, je répondrai aux questions des femmes et puis l’envie du moment » raconte Catherine Cerisey.

Sur son blog, elle raconte son histoire, retrace les différents épisodes de son cancer, décrit ses émotions, informe sur le cancer la maladie et soutient celles qui vivent cet épisode douloureux. Mais, elle souhaite surtout qu’on prenne au sérieux le cancer du sein, parce que, même s’il se soigne, cela reste un cancer, et un cancer tue : « il se métastase beaucoup et très tard, donc oui, c’est le sérial killer des femmes aujourd’hui » explique-t-elle.

Aujourd’hui, Catherine Cerisey, croque la vie à pleine dent, ne s’inquiète plus des futilités et profite de la vie. Elle s’engage désormais contre le cancer du sein et rappelle à quel point il est important de faire des dons aux organismes de recherche contre cette maladie : « c’est très important de donner à la recherche parce qu’on va tous être touché. C’est par la recherche qu’on vaincra le cancer » conclue-t-elle. Bien dit.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close