C'est la journée mondiale de la gentillesse: Faites vous du bien en faisant du bien

Par l'équipe Oneheart, le 13 novembre 2013

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Aujourd'hui, 13 novembre, c'est la journée mondiale de la gentillesse . 
L'occasion de rappeler qu'un simple sourire peut égayer une journée ! ET oui, être gentil, c'est bon pour la santé: 

C'est bon pour le moral
C'est sûrement l'avantage le plus mis en valeur dans la littérature scientifique : être gentil avec les autres c'est aussi bon notre propre estime. Dire bonjour, tenir la porte, sourire… Des petits gestes du quotidien qui peuvent vraiment faire la différence. Une étude parue en 2001 dans la revueJournal of Health and Social Behaviour expliquait que les personnes qui avaient une activité bénévole étaient beaucoup moins sujettes à la dépression : ces derniers auraient tendance à mieux évaluer leur sentiment de bonheur, leur qualité de vie et leur estime de soi. De même, une autre étude menée par une équipe de l'université de Colombie Britannique et publiée en mars 2008 dans la revue Science indiquait que ceux qui font des dons ou des cadeaux seraient plus heureux.

C'est bon pour la performance
Une petite attention à sa famille, à ses amies et même à ses collègues de bureau peut faire une grande différence. Dans son livre, "L’Art d’être bon" (éditions Belfond) le cancérologue suédois Stefan Einhorn est formel : "De petits dons, sous forme de pièces de monnaie ou de sucreries, permettent d’améliorer la mémoire, la capacité d’apprentissage, la créativité et la résolution de problèmes de ceux qui en bénéficient", explique-t-il. Alors que le débat sur le bien être au travail est récurrent, un peu de bienveillance est la bienvenue. "Communiquer de manière positive permet d'éviter le stress. Un environnement apaisé a une influence sur la productivité des salariés et même leurs défenses immunitaires : quand on est stressé, l'organisme est plus sensible aux microbes", explique à metronews, Valérie Moissonier, coach d'entreprise.

C'est bon pour le système cardio-vasculaire
En partant du principe que nos émotions influent sur l'état de notre corps, mieux vaudrait faire table rase de tout ressentiment envers son prochain. En 2001, une étude publiée dans la très sérieuserevue Psychological Science révélait que le système cardio-vasculaire des personnes qui pardonnent facilement se porte beaucoup mieux que celui des rancuniers. Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont fait appel à des volontaires, qu'ils ont soumis à deux situations bien précises : après une agression, les volontaires devaient d'abord imaginer qu'ils se vengeaient puis, dans un second temps, qu'ils pardonnaient à leur agresseur. Résultat : les analyses de leurs électrocardiogrammes indiquaient que la rancœur accentuait la pression artérielle, tandis que l'empathie diminuait le stress !

C'est bon pour répondre à la crise 
L'économie mondiale est minée et les dirigeants peinent à trouver les solutions adéquates. Et si la réponse ne se trouvait pas dans les billets verts ? Entraide, altruisme, solidarité… La gentillesse est une véritable vertu qui permettrait de lutter contre les problèmes économiques. En 2009, un sondage TNS Sofres mené auprès des lecteurs de Psychologies magazine soulignait que pour 70 % d'entre eux “davantage d'entraide entre les gens serait une solution pour sortir de la crise actuelle”. Ainsi, de meilleures relations humaines dans ce contexte anxiogène seraient la meilleure réponse aux conséquences de la crise : délaissé l'individualiste pour faire davantage de place au lien social. Peut-être faut-il suivre l'exemple du Bhoutan qui, au lieu de choisir le produit intérieur brut (PIB) comme indicateur de développement, a préféré mesurer le bonheur national brut, un indice de bien-être.

C'est pour chacun d'entre nous 
Aucune étude n'a besoin de le prouver : la gentillesse engendre la gentillesse. Un véritable cercle vertueux. Mais comme si cela ne suffisait pas, un simple geste de bonté aurait un véritable impact hormonal chez la personne qui l'effectue mais également chez celle qui en bénéficie. "Tout est lié explique à metronews Erwann Menthéou, ancien sportif professionnel et fondateur du site de coaching en ligne fitnext.com. Faire preuve d'altruisme permet d'augmenter la sécrétion de la sérotonine, l'hormone du bonheur, et de faire baisser le cortisol, celle du stress". Loin d'être considérée comme un aveu de faiblesse, la bonté a donc un intérêt non négligeable sur l'humeur, aussi bien pour le bénéficiaire que pour l'auteur. 

 ( source métronews )

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close