Assises sur le harcèlement à l'école le 2 et 3 mai

Par l'équipe Oneheart, le 03 octobre 2011

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel, réunit des "Assises nationales sur le harcèlement à l'école" le 2 et le 3 mai au lycée Louis-le-Grand à Paris.

"Nous avons fait le lit d'une violence insondable parce que nous n'avons pas voulu la sonder", a déclaré M. Chatel lors de l'ouverture des assises. Le ministre a déjà annoncé une série de mesures de prévention, de sensibilisation, d'information et le renforcement de l'approche scientifique du phénomène, avec la pérennisation des enquêtes dites "de viciation".

"Je n'admettrai plus qu'en cas de harcèlement, les équipes pédagogiques 'bottent en touche' ou expliquent aux parents que leur enfant a un problème psychologique" a prévenu le ministre, tout en annonçant qu'un guide sur le harcèlement serait mis à disposition des équipes éducatives dès l'automne. De plus, la prévention du "cyber-harcèlement" sera intégrée au brevet informatique et Internet (le B2I) que passent tous les collégiens.

Les assises font suite au rapport préparatoire intitulé "Refuser l'oppression quotidienne", établi par Eric Debarbieux, Président du comité scientifique des Etats généraux sur la sécurité à l'école. Ce rapport met en avant les enjeux et la portée d'un phénomène qui toucherait un élève sur dix.

Kenny, un film de fiction écrit et joué en 2010 par des élèves de seconde du lycée Claude-Bernard à Paris, doit être projeté aux Assises. Le cinéaste Gabriel Gonnet, qui a initié et supervisé le projet, était lui-même persécuté par ses camarades étant collégien. Le "Making Off" du film est commenté par Catherine Giraud, psychologue clinicienne à la Maison de Solenn, membre du bureau de l’association Apsymed.

Pour soutenir des actions en faveur de l'enfance, contactez La Voix de l'enfant, qui fédère plus de 70 associations répondant aux besoins spécifiques d'enfants victimes de persécutions sous toutes formes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close