A 23 ans, cette étudiante mexicaine invente un bioplastique à partir d’écorces d’oranges

Par l'équipe Oneheart, le 24 septembre 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Chaque année, des millions de déchets plastiques finissent dans les océans. Pour contrer ce fléau et réduire la pollution plastique, Giselle Mendoza, une étudiante mexicaine de 23 ans et fondatrice de GECO Technologies, s’est lancée dans la fabrication d’un bioplastique conçu à partir d’écorces d’oranges.


Un bioplastique à base d’écorces d’oranges 100% biodégradable


Alors toute jeune et étudiante en économie, Giselle Mendoza prend conscience de la pollution plastique dans le monde : « J’ai été choquée d’apprendre que le monde génère chaque année 200 millions de tonnes de déchets plastiques qui mettent plus de 1 000 ans à se décomposer ». Face à un tel désastre écologique, elle commence alors à réfléchir à une alternative aux polluants plastiques dérivés du pétrole. C’est à ce moment que survient l’idée des écorces d’oranges


Chaque année, sur les 4,5 millions de tonnes d’oranges produites au Mexique (5e producteur mondial d’oranges), 40 à 65 % des oranges finissent en déchets. Alors pour éviter tout ce gâchis et valoriser ces déchets, Giselle les récupère gratuitement auprès des producteurs pour ensuite les transformer en matière première et créer un bioplastique robuste et écologique.  En effet, l’orange contient de la cellulose, une fibre légère et résistante, facile à séparer et dissoudre pour fabriquer le bioplastique. De plus, ce dernier est 30% moins cher à produire que le plastique et met 90 jours à se décomposer.

 

 


Du développement à la commercialisation du bioplastique


Outre l’aspect écologique du bioplastique à base d’écorces d’oranges, il peut s'avérer utile en biomédecine, en agriculture et permettrait de réduire les emballages à usage unique ainsi que les emballages alimentaires.


Avec sa start-up GECO Technologies fondée en 2015 avec trois amis de l’Institut de technologies et d’études supérieures de Monterrey, elle ambitionne de “créer un groupe d’éco-entreprises à fort impact social et rentable économiquement”.  Trois ans plus tard, GECO Industries remporte la première place au Global Student Entrepreneur Award (GSEA) qui valorise l’entrepreneuriat. En 2019, elle est reconnue comme l’une des trois entreprises les plus innovantes est remporte la somme de 3 800 euros qui lui permettront d'accélérer la phase de développement du projet et de commercialiser le bioplastique à base d'écorces d'oranges.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close