58e Journée Mondiale des Lépreux : la fondation Raoul Follereau mobilise

Par l'équipe Oneheart, le 03 octobre 2011

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Du 29 au 30 janvier,  a l’occasion de la Journée Mondiale des Lépreux créée par son fondateur, la Fondation Raoul Follereau dénoncera l’exclusion dont souffrent trop souvent encore les lépreux. Ses 30 000 quêteurs bénévoles solliciteront un geste de solidarité et collecteront des dons pour dépister, soigner et aider les personnes handicapées guéries à se réinsérer dans la société. 

Une grande quête est organisée partout en France par la Fondation Raoul-Follereau. Placés à la sortie des grandes surfaces, des magasins ou encore des églises, près de 30 000 bénévoles récolteront des dons pour lutter contre cette maladie.

Car malgré tous les efforts des chercheurs et des professionnels de santé, le XXe siècle n'a pas sonné le glas de la lèpre. Loin s'en faut. En effet, aujourd'hui encore, le bacille continue à se propager. Selon les chiffres de la Fondation Raoul-Follereau, 250 000 nouveaux cas seraient recensés chaque année, en particulier en Inde, en Asie du sud-est et en Afrique.

Lorsqu'elle est rapidement détectée, la lèpre peut être parfaitement soignée, grâce à une polychimiothérapie, mise au point en 1981. Mais dans 6 % des cas, le patient est déjà invalide lors du dépistage de la maladie. Pour Marie-Odile Leroy Fleury, déléguée de la Fondation Raoul-Follereau en Lot-et-Garonne, le travail de terrain est donc primordial. « La lèpre n'est une maladie contagieuse. Elle est ce que l'on pourrait appeler une maladie de la pauvreté. Elle touche essentiellement les individus dont l'organisme est affaibli et qui vivent dans des conditions d'hygiène insuffisantes. Il faut donc apprendre aux populations fragiles à se protéger et les encourager à consulter les médecins. »

Pour plus d'informations, http://www.raoul-follereau.org/jml2011/

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close