10 septembre :Journée mondiale de la prévention du suicide

Par l'équipe Oneheart, le 10 septembre 2013

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Les chiffres sont alarmants :  3000 personnes en moyenne mettent fin quotidiennement à leur vie dans le monde.
La majorité des suicides concernant les adultes, et les personnes âgées de 60 ans et plus.
Toutes les trente secondes, un suicide vient bouleverser l'existence de familles, d'amis et de collègues de travail. Et pour un passage à l'acte réussi, il faut compter une vingtaine de tentatives, voire plus.

l'OMS souligne l'importance de sensibiliser davantage les dirigeants et les responsables de la santé au fait que le suicide est une cause évitable majeure de décès prématuré. "Au niveau local, les déclarations politiques et les résultats de la recherche doivent se traduire par des programmes et des activités de prévention dans la communauté". Dans leur livre* Le suicide, un tabou français, Michel Debout (professeur de médecine légale et de droit de la santé et président fondateur de l'Union nationale pour la prévention du suicide) et Gérard Clavairoly (journaliste) s'insurgent contre les politiques nationales de prévention du suicide. Ou plutôt leur absence.

Plus de 11 000 suicides chaque année en France

"Le suicide tue en France trois fois plus que les accidents de la route", écrivent-ils. Plus de 11 000 morts chaque année, c'est en effet le triste record hexagonal, avec le taux de passages à l'acte réussis le plus élevé de l'Union européenne (et 120 000 tentatives). Si rien n'est fait, la situation n'a aucune chance d'aller en s'améliorant, puisque la question du suicide a pris de l'ampleur avec la survenue de la crise financière mondiale de 2008 et l'augmentation du chômage... Malheureusement, si l'on en croit ces auteurs, "la recherche dans le domaine reste rare et les données approximatives. La prévention est également quasi absente, alors même que les expériences menées à l'étranger montrent que le suicide peut être évité."

C'est pourquoi Michel Debout plaide, une fois encore, pour la création d'un observatoire des suicides, "qui aurait notamment pour mission de publier des études épidémiologiques et cliniques sur le sujet, outils de connaissance et d'aide à la décision pour les pouvoirs politiques en matière de prévention". Il pourrait être entendu : dans une interview récente au journal La CroixMichèle Delaunay, la ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie, s'est dite favorable à une telle initiative. "Je ferai tout mon possible pour contribuer à sa création, mais il s'agit d'un sujet interministériel, pour lequel je ne suis pas seule à décider", a-t-elle déclaré, sans préciser s'il s'agirait d'un observatoire spécifique aux personnes âgées - le risque est important et très nettement sous-estimé chez les seniors -, ou s'il concernerait la population générale.

( Source : le Point )

Il existe des associations à l'écoute de la détresse et de la solitude, Parmi elles, l'association Au bout du Fil :

Pour lutter contre l’exclusion et la solitude, l’association a mis en place une idée toute simple : ce sont des appelants qui appellent au minimum une fois par semaine des hommes ou des femmes qui se sentent seuls et qui ont souhaité être régulièrement contactés, quels que soient leur âge, leur dépendance.

Pour tous ceux et celles qui n’osent pas appeler, n’osent pas déranger,
Pour tous ceux et celles pour qui  la solitude est quotidienne,
Pour tous ceux et celles qui ont tellement envie de bavarder.

Nous les avons rencontrés, il y a quelques mois :



SOS Amitié, agit également dans ce domaine en proposant une écoute attentive. Par téléphone, mails, ou chats, les écoutants sont là pour prêter l'oreille, pas donner de conseils.
Toutes les 24 heures en France, près de trente-cinq appels font état d'idées ou d'actes suicidaires. Tous ne sont pas aussi dramatiques, mais tous ont leur importance. Quels que soient les désarrois, S.O.S Amitié est là pour les accueillir.

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close