#MejorDesnudosQue : la campagne vénézuélienne qui s'empare de Twitter pour dénoncer les violences policières

Par l'équipe Oneheart, le 22 avril 2014

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Un jeune étudiant s’est fait agresser et déshabiller de force au Vénézuela alors qu’il manifestait contre le gouvernement. Par solidarité, c’est toute une campagne sur Twitter qui s’est montée : les vénézuéliens se déshabillent.

Sur Twitter, le mouvement des étudiants proteste contre les violences policières et contre les groupes activistes qui soutiennent le gouvernement de Nicolas Maduro : «  peu importe qu’ils nous déshabillent de force, car en dessous des vêtements se trouve la dignité de la jeunesse vénézuelienne . »


La solidarité sur Twitter
a commencé avec un agent publicitaire, Ricardo Cie, qui a demandé à ses collègues de bureau de se déshabiller pour soutenir l’étudiant de l’UCV. Lundi 7 avril le hashtag #MejorDesnudosQue a été mentionné plus de 200 000 fois.

Les  étudiants ont également fait de même en publiant des tweets avec #DesnudosConLaUCV (nus avec la UCV) et #MejorDesnudosQue ( mieux vaut être nu que…) où ils apparaissent nus avec le drapeau du Vénézuéla.

S’ils veulent provoquer par cette campagne, c’est pour dénoncer les violences policières et se faire entendre en tant que mouvement étudiant.
En plus de la protestation sur Twitter, des jeunes se sont risqués à manifester nus dans les rue de Caracas mais la police a répondu avec des bombes lacrimogènes.

Deux mois après les premiers affrontements contre la police la mobilisation étudiante ne faiblit pas. Il y a déjà 39 victimes mais les jeunes continuent de manifester contre l’insécurité et la vie chère.


 

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close