• Entretien avec Jean Claude Géraud, fondateur de Roule Petit Ougandais, une association œuvrant à l’intégration sociale de jeunes ougandais grâce au skateboard.

    L’Ouganda ne s’est jamais vraiment remis de la dictature sanglante d’Amin Dada. Il est actuellement l’un des pays les plus pauvres du monde. Les jeunes non scolarisés à l’école sont tiraillés entre misère et violence. L’association Roule Petit Ougandais (RPO) leur vient en aide en leur fournissant du matériel de skateboard. Un modèle d’intégration par le sport. Rencontre avec Jean Claude Géraud, skateur, artiste et fondateur de RPO.

    Le skateboard comme deuxième famille

    « Il y a 17 ans, j’ai quitté ma Côte d’Ivoire natale pour m’installer à Toulouse, raconte Jean Claude. Quand j’étais jeune, je faisais beaucoup de football. Mon quotidien était rythmé par les entrainements et les matchs. J’avais l’impression de manquer beaucoup de choses, les anniversaires des copains, les petites sorties etc. C’était de plus en plus difficile de supporter cet esprit de compétition.

    J’ai alors eu la chance de rencontrer des skateurs formidables qui m’ont donné envie de m’investir dans ce sport, dans cette grande famille qu’est le skateboard. C’est comme ça que j’ai commencé à skater et je continue toujours aujourd’hui.

    En véritable passionné, je m’intéresse à l’actualité de mon sport. Un jour, je suis tombé sur un reportage diffusé par le site Internet Agoride. On y voyait des skateurs ougandais impliqués dans la construction d’un skatepark à Mukono, en plein milieu de la brousse, avec très peu de moyens. Je me suis dit : « c’est génial ce qu’ils font ! Il faut absolument les aider ». »

    L’aventure associative

    « Dans les crédits du documentaire, se souvient le fondateur de l’association, j’ai repéré le nom de Yann Gross, un photographe qui parcoure le monde à la recherche de clichés hors du commun. Il était impliqué dans la construction du skatepark. On a échangé quelques mails. Il m’a donné plein de contacts utiles en m’expliquant que les skateurs ougandais manquaient avant tout de matériel, de planches essentiellement.

    En 2012, avec le soutien de mon ami Richard Schenten, nous avons créé l’association Roule Petit Ougandais, destinée à fournir du matériel de skate aux jeunes Ougandais. Jusqu’en 2014, nous avons cherché des partenaires pouvant nous fournir du matériel gratuitement. Le projet suscitait un réel engouement, nos partenaires étaient emballés. Ils nous ont envoyé du matériel que je stockais chez moi.

    Tous les deux mois, on envoyait des colis en Ouganda, remplis de planches, de chaussures, de trucks, de roues… La question du prix s’est très vite posée. Envoyer des cartons en Afrique coûte très cher, d’autant que j’utilisais mes propres économies. Il fallait trouver rapidement un moyen de financement. »

    Des planches et des couleurs

    « Ma deuxième vie, c’est le street art, explique Jean Claude. J’ai de nombreux amis dans ce milieu. Nous avons eu l’idée de les associer au projet en leur faisant customiser des planches de skate pour ensuite les vendre aux enchères. Cette première opération a rapporté 5 000 euros à l’association. Devant un tel succès, nous avons tout de suite pensé plus grand.

    On a organisé une deuxième vente aux enchères au Quartier Général à Paris en octobre 2015. Cette fois, nous avions fait venir 98 artistes, comme Jon One, Reso et beaucoup d’autres. Il y a eu un fort engouement autour de l’événement. Au final, nous avons réussi à récolter 31 000 euros ! Ces fonds nous permettent d’envoyer du matos de manière régulière et nous en réservons une partie à la construction du skatepark.

    On prévoit de faire une nouvelle exposition à Madrid très prochainement. Il y aura plus d’artistes internationaux. Ensuite ce sera Londres, puis New York. On est aussi en train de créer un livre pour répertorier toutes les planches qu’on a vendues. Les fonds récoltés iront bien entendu à l’association. On souhaite construire un énorme skatepark, écrire une histoire inoubliable. »

    Destination Ouganda

    « Je pars le 25 avril 2016 pour l’Ouganda, s’enthousiasme le fondateur de RPO. Nous allons rencontrer les skateurs, comprendre comment ils fonctionnent entre eux. Je veux m’assurer que les conditions sont favorables pour mettre en place notre projet. Je serai accompagné par un caméraman qui réalisera un documentaire sur le voyage.

    En 2017, on partira avec des artistes et des journalistes pour construire le skatepark et peindre des murs. A long terme, on aimerait aussi construire une école : ce serait une belle histoire. Il faut que l’association reste à taille humaine, qu’elle se différencie par des actions originales. On veut faire des choses à petite échelle, mais les faire bien. »

    Jean Claude Géraud est un modèle d’engagement associatif. Il est la preuve vivante qu’avec des idées, de la débrouillardise et une grande volonté, l’expérience est ouverte à toutes et tous. Roule Petit Ougandais est un exemple parfait d’intégration par le sport. L’association a d’ailleurs vocation à faire des petits. « Un jour, pourquoi ne pas créer un Roule Petit Mongole ou Roule Petit Malien », imagine le fondateur de l’association. On adore !

  • Impact de l'article

    1062 points

    Connectez-vous pour laisser un commentaire
Commentaires