• Rencontre avec Mélanie Péron, fondatrice de l’Effet Papillon et porteuse du projet Bliss, une expérience virtuelle pour lutter contre l’isolement et le stress des personnes hospitalisées et pas seulement.

    Il y a quelques semaines, nous vous avions parlé des P’tits Doudous, une initiative extraordinaire pour lutter contre l’anxiété chez les enfants hospitalisés. Aujourd’hui découvrez Bliss, un projet, une application, une solution… Bref, une expérience géniale, portée par des personnes formidables, qui propose un moment de pure évasion, de détente et de communication pour lutter contre les situations d’isolement et/ou de stress, notamment en milieu hospitalier.

    La genèse du projet

    Bliss trouve son origine dans un événement douloureux du passé de Mélanie Péron, sa créatrice. « En 2007, un de mes proches est tombé malade de la leucémie, explique-t-elle. La terre s’est effondrée sous nos pieds. Il a entamé un traitement de greffe de moelle osseuse en chambre stérile.

    On a très vite remarqué que la communication devenait difficile. Il était dans un état d’isolement extrême. Les sujets de discussion des proches ne portaient que sur l’état de la maladie, les symptômes, les effets secondaires du traitement etc. L’ambiance devenait très pesante. Il ne pouvait jamais s’évader de ce quotidien oppressant.

    Un jour, j’ai appris que Bénabar passait en concert près de chez nous, je lui ai demandé de venir nous rendre une visite. Et il l’a fait. C’était incroyable de se retrouver dans cette chambre stérile avec lui. Il a fait preuve d’une si grande générosité. Ça nous a permis de casser un peu la routine de la maladie.

    Mon proche est mort un mois plus tard.

    J’ai alors ressenti le besoin irrépressible de créer une structure qui serait un coordinateur de mieux-être pour les personnes malades, handicapées, en situation de dépendance... Quand je repensais aux malades, avec leurs visages tristes, presque comme des zombies, j’étais certaine du bien-fondé de ma démarche.

    L’Effet Papillon était né. Sa mission est d’améliorer la qualité de vie des personnes fragilisées (maladie, dépendance, handicap), des aidants familiaux ou des particuliers en recherche de mieux-être. »

    Bliss, la féérie comme réponse

    Depuis 2010, Mélanie Péron poursuit sa mission d’intérêt général. « Comment échapper au monde dans lequel nous sommes parfois contraints de vivre, se questionne la créatrice de l’Effet Papillon ? Grâce à l’imagination, bien sûr ! Mais comment matérialiser cette imagination ? La réponse s’est imposée d’elle-même, le virtuel, c’était la clé.

    J’habite à Laval et par chance nous possédons dans cette ville un pôle de compétence extraordinaire en matière de virtuel. Avec l’aide de plusieurs étudiants en école d’ingénieur, nous nous sommes lancés dans l’aventure de Bliss. »

    Le projet Smartphone et réalité virtuelle

    La première version du projet sera développée sur Smartphone et casque de réalité virtuelle. « On est au tout début de Bliss. Notre objectif est d’immerger l’utilisateur dans des environnements oniriques. Nous ne tenons pas à ce que cela soit réaliste, nous recherchons l’évasion, le rêve, l’extraordinaire. Nous souhaitons que l’utilisateur puisse interagir avec son environnement en fonction d’où il porte son regard.

    Nous travaillons également sur les sons, qui ont une importance cruciale pour le bien-être. Nous souhaitons offrir un monde contemplatif, d’une grande beauté et d’une douceur apaisante. »

    L’expérience sur tablette

    Sur tablette, les utilisateurs ne seront pas équipés d’un casque de réalité virtuelle, mais le plus de cette version est qu’ils pourront retrouver leurs amis, et vivre une expérience multi-joueurs avec un chat écrit mais également oral.

    « Nous voulons intégrer des mini-jeux dans l’expérience, détaille Mélanie. Notre rêve est que Bliss devienne une expérience co-construite par ses utilisateurs, qu’ils puissent interagir sur le monde. Beaucoup de nos utilisatrices réclament notamment la possibilité de créer un jardin partagé virtuel.

    Nous travaillons également beaucoup à la sécurité des données. Nous refusons catégoriquement de les vendre. Nous sommes en totale confiance et transparence. »

    Les bienfaits de la réalité virtuelle

    Il est prouvé par plusieurs études que les traitements par la réalité virtuelle atténuent l’anxiété et la perception de douleurs. C’est aussi efficace, voire plus, que des thérapies comportementales et cognitives.

    La créatrice du projet se souvient : « Un jour, Stéphane Bouchard, un grand spécialiste de la cyberpsychologie clinique, est venu me voir en me disant « Bliss, c’est le futur, Mélanie ! ». Ça fait franchement du bien d’entendre un compliment pareil venant de sa part.

    Nous voulons que Bliss soit utilisé par les patients en situation d’attente. Il pourrait être employé pour détourner l’attention lors de gestes médicaux invasifs, qui ne sont pas suffisamment « importants » pour nécessiter une anesthésie générale mais qui entrainent une douleur intense. Nous découvrons de nouveaux usages très souvent. »

    La campagne de crowdfunding

    L’Effet Papillon est né grâce au crowdfunding et Bliss naîtra également de cette source de financement. « C’est une véritable aventure humaine, précise Mélanie Péron. Derrière, il y a des gens, pas une unité bancaire, c’est ce que je voulais. Au-delà du besoin de financement, je voulais mobiliser une communauté.

    Les plus fragiles sont isolés. Ils ne demandent rien. Grâce au crowdfunding, nous pouvons leur montrer que des gens pensent à eux, qu’ils se mobilisent. Nous ne visons pas les gros montants ; nous visons le nombre.

    Mon rêve est de mobiliser 365 000 personnes pour mettre le projet sur la table, prouver qu’on ne peut plus ignorer cette frange de la population en souffrance. Les malades ont l’impression de ne pas compter, ils nous disent souvent : « je ne veux pas déranger », c’est insupportable ».

    La campagne est lancée depuis quelques jours sur KissKissBankBank et vous pouvez prendre part au projet ! Pour vous, pour eux, pour les autres…

    En lien avec le contenu
  • Impact de l'article

    1208 points

    Connectez-vous pour laisser un commentaire
Commentaires