• La journée internationale des droits de la femme, c’est le 8 mars 2016. A cette occasion, nous mettons à l’honneur deux initiatives porteuses de solutions : Femmes de Bretagne et Force Femmes.

    Le 8 mars 2016, c’est la journée internationale des droits de la femme. L’accès à l’emploi est un des droits fondamentaux de notre société. Aujourd’hui, de trop nombreuses femmes subissent encore une discrimination à l’emploi.

    Le ministère des droits des femmes publie l’édition 2016 des chiffre-clés en matière d’égalité hommes-femmes. Nous apprenons que seulement 28 % des créateurs d’entreprise sont des femmes. Le gouvernement souhaite passer ce chiffre à 40 % d’ici 2017.

    De plus, 75,5 % des hommes sont actifs, contre 67,5 % des femmes. Ce taux baisse à mesure qu’elles ont des enfants : s’il est de 82,4 % avec un enfant, il chute à 43,3 % avec trois enfants ou plus, dont au moins un bébé de moins de 3 ans.

    Ces chiffres montrent l’inégalité des sexes face à l’emploi. A l’occasion de notre semaine avec Alexandre Jardin, le fondateur de Bleu Blanc Zèbre soulignait l’importance des initiatives œuvrant pour l’emploi des femmes.

    L’écrivain expliquait également que la confiance en soi était un des enjeux cruciaux de cette problématique. Avant de nous parler de deux initiatives lui tenant à cœur : Femmes de Bretagne et Force Femmes

    Les Femmes de Bretagne, ensemble pour l’emploi

    « Femmes de Bretagne est un réseau social qui permet aux femmes de créer ou développer leur entreprise, explique la directrice de l’association Marie Eloy. Le site Internet existe depuis 18 mois et connaît un succès très rapide. Aujourd’hui, plus de 3 000 femmes l’utilisent.

    Nos valeurs sont la bienveillance et l’entraide. Notre crédo : Ensemble tout est possible. L’objectif est de faire changer les chiffres de la création d’entreprise en France. On nous dit qu’environ 30 % des entreprises sont créées par les femmes, or pour les entreprises de plus de 10 employés, cette proportion chute à 10 %, cela prouve qu’il y a un véritable problème. »

    Comme Alexandre Jardin, Marie Eloy pense que « la clé de l’accès au travail c’est de donner de la légitimité aux femmes, de leur donner confiance en elles. C’est difficile, mais nous croyons qu’en montrant des exemples de réussite, les femmes pourront sauter le pas de la création d’entreprise. »

    Pour réaliser ses objectifs, Femmes de Bretagne utilise trois principaux leviers. Le premier est l’entraide. « Nous organisons 25 rencontres par mois, détaille sa directrice. Ce sont des moments d’échange entre des femmes entrepreneures et celles qui souhaitent le devenir. Nous faisons aussi des ateliers gratuits de partage de compétences.

    Ainsi, nous mettons en lien toutes les forces en présence. Nous croyons que chaque femme possède une compétence à apporter aux autres. Dans notre section « Coup de pouce », des femmes solidaires apportent gratuitement leur expertise. L’objectif est de fédérer, mettre en lien, créer un élan. Pour cela, on travaille avec tous les réseaux féminins. »

    Le deuxième levier est l’exemplarité. « Les femmes ne sont pas suffisamment visibles dans les médias, précise Marie Eloy, elles manquent donc d’exemples. Attention, elles ne s’identifient pas à des superwoman ! Il faut leur donner des exemples concrets, leur montrer que c’est possible. Nous travaillons donc avec les médias locaux (Ouest France, Le Télégramme) pour médiatiser toutes les créations d’entreprise par des femmes. »

    Le troisième levier est le digital. « Nous pensons que la création d’une communauté est essentielle pour notre cause, nous précise la directrice de l’association. Grâce au numérique nous parvenons à toucher toutes les femmes, même les plus isolées. Nous souhaitons leur redonner le pouvoir d’agir.

    Nous ne sommes présentes qu’en Bretagne pour le moment, mais l’objectif est d’étendre l’initiative à toute la France. » L’association connaît un très grand succès, pour continuer à se développer elle a besoin de vous ! Cliquez sur le lien en bas de page.

    La majorité des femmes sans activité souhaite retrouver un travail salarié. Il existe plusieurs réseaux d’accompagnement pour la création d’entreprises, mais il n’existe qu’une seule initiative d’accompagnement des femmes dans la recherche d’un emploi salarié.

    Force Femmes, l’emploi comme ADN

    « L'objectif de Force Femmes est d’accompagner exclusivement des femmes de plus de 45 ans en recherche d’emploi ou en création d’entreprise, indique la directrice de l’association Elise Moison.

    L’âge et le genre sont deux des principaux critères de discrimination à l’emploi. Face aux difficultés rencontrées par les femmes à retrouver un emploi ou à créer une entreprise, il fallait répondre à ce besoin d’accompagnement.

    Nous avons accompagné plus de 20 000 femmes depuis la création de Force Femmes, et la demande ne désemplie pas car nous sommes la seule association qui aide les femmes de plus de 45 ans à retrouver un emploi. »

    Les femmes de plus de 50 ans sont les premières touchées par la crise économique que nous traversons. Dans cette tranche d’âge et de sexe, nous observons actuellement une hausse de près de 10 % du nombre de chômeuses par an.

    « Le problème, c’est qu’il y a un grand manque de confiance, expose la directrice de l’association. Créer son projet, ça se travaille, c’est difficile. Nous faisons donc de la pédagogie, nous apportons un soutien, une mise à niveau, une mise en réseau etc.

    Nous essayons de faire sortir ces femmes de leur isolement. Pour cela, nous créons un environnement dynamique et positif. La confiance en soi est indispensable devant un recruteur ou pour une femme en création d’entreprise. Il faut croire en ses compétences. On y travaille à tous les stades de notre accompagnement. »

    Lorsque l’on évoque le lancement de la Fondation des Femmes avec Elise Moison, la réaction ne se fait pas attendre : « La Fondation des Femmes ? Comment ça se fait que ça n’existait pas déjà ? Quand on voit les sommes allouées pour le droit des femmes, on se rend compte que l’on a beaucoup de retard. Nous avons besoin de fonds et cette fondation pourra nous en apporter. C’est donc une très bonne nouvelle ! »

    Photo Force Femmes, Crédit Ludovic Etienne

    En lien avec le contenu
  • Impact de l'article

    478 points

    Connectez-vous pour laisser un commentaire
Commentaires